2019 : transition écologique !

Salut bande de moldus, je débarque avec un sujet hyper original dont personne n’a encore jamais parlé sur le net (#ironie) : la prise de conscience sur notre néfaste présence sur la planète. C’est pourquoi 2019 est en passe de devenir l’année de notre transition écologique. Laissez moi vous expliquer.

En parler c’est pas assez

A moins d’être inhumain, on ne peut pas ignorer ce qui se passe présentement sur la planète ni son état « légèrement » catastrophique. Ça ne peut pas laisser indifférent. Il y a quelques années, mon père a repris un type dans la rue qui venait de jeter un papier par terre. Moi j’étais scandalisée : « mais la honte quoi, mon père il râle sur des inconnus dans la rue ». Et en fait je me surprends aujourd’hui à faire exactement la même chose. On vit dans un monde qui ne parle que du réchauffement climatique mais où un très petit nombre de personnes (proportionnellement aux autres) se bouge pour changer les choses. Cette année, j’ai décidé de changer de camp. Je déclare 2019 année de la transition écologique.

J’ai clairement été élevée dans un contexte de consommation EXTREME. Mais paradoxalement, je me souviens avoir été très marquée par la sensibilisation écologique faite dans mon école. C’était une simple école primaire d’un tout petit village mais nous avions une station de tri des déchets à la cantine et dans les classes nous devions isoler le papier des autres déchets. Et c’était il y a 15 ans, alors quand on voit que certaines entreprises ne recyclent toujours pas leur papier en 2018, ça fait froid dans le dos.

Quand j’analyse ma façon de vivre, de consommer, de me déplacer, là aussi ça fait froid dans le dos. Si il y a quelques années je me questionnais sans pour autant agir, aujourd’hui j’ai viscéralement besoin de changer mes habitudes. Je consomme trop, mal, je gâche de la nourriture parce que je ne suis pas assez attentive, j’utilise ma voiture trop souvent, je possède trop de choses et je jette énormément. Ca m’empêche de dormir.

Pourquoi maintenant ?

Parce que chéri et moi on commence à faire pas mal de projets de vie et que continuer à fermer les yeux sur nos habitudes de consommation actuelle ne correspond pas vraiment à l’idée qu’on se fait de notre avenir ensemble et de ces beaux projets qui se dessinent doucement dans nos têtes. Un bébé, par exemple, a une sacrée empreinte écologique. L’achat d’une maison également si on ne prête pas attention à certains détails (notamment en ce qui concerne l’énergie). Bref, autant de projets de couples hyper excitants qui nous poussent à réfléchir encore plus loin, encore mieux pour les réaliser de la meilleurs façon possible pour nous mais aussi pour nos futurs enfants.

C’est aussi une problématique très angoissante pour moi puisque je souffre d’un trouble anxieux (on aura l’occasion d’en reparler) et tout ce qui touche à la destruction de la planète me terrifie. J’imagine que c’est ce qui fait que j’ai mis autant de temps à réagir. J’ai fait l’autruche pendant un bon moment. Par exemple, je ne regarde jamais la télé et encore moins les informations car je peux faire une attaque de panique rien qu’en écoutant les gros titres.

Mais là, j’en suis arrivée à un stade ou j’en perds le sommeil, parce que j’ai le pouvoir d’agir et que par peur et par inconfort je ne le fais pas. J’ai  décidé qu’il était temps d’arrêter de parler et qu’il fallait s’y mettre. Parce qu’au fond le problème, il est là. Devenir un citoyen écolo et responsable ça prend du temps, ça demande de s’adapter et de renoncer à un certain confort (j’avais abordé ce sujet dans mon article sur les protections hygiéniques lavables). Et beaucoup ne sont pas prêt à tout ces sacrifices. Nous les premiers.

Partageons ça ensemble

Je réfléchis depuis un moment à une série d’articles sur notre transition écologique car en plus du coté parfois pénible de ce genre de changement, autre chose me dérange. Notamment l’influence parfois néfaste des réseaux sociaux (qui soit dit en passant polluent énormément…) sur nos habitudes de consommation. Quand je me balade sur le net pour lire les articles existants sur le sujet, je constate qu’il est parfois difficile de faire la différence entre le green washing (bah oui, c’est tentant de céder au « marketing bio ») et les vraies infos qui ne visent pas à vendre. Ou pire, à faire passer pour naturel ou écologique un produit ou service qui ne l’est pas du tout.

Je remarque aussi que tout ce qu’on trouve est souvent très « Instagramable » et que ça vend du rêve. Sauf que la vérité, c’est que quand tu as les mêmes habitudes de consommation de merde depuis 20 ans, passer au zéro déchet c’est pas si simple, limiter les trajets en voiture non plus. Et même que parfois, ça demande pas seulement un investissent d’énergie ou de temps mais carrément d’argent. Quand tu as un revenus modeste, acheter ecofriendly et bio c’est un budget et ça n’est pas toujours possible (nous n’arrivons pas encore à éviter totalement les supermarchés pour cette raison notamment).

J’ai donc envie de créer une nouvelle série d’articles sur le blog où chéri et moi allons vous raconter comment on se débrouille. Et bien souvent on se débrouille mal ! Le but de ces articles est de démystifier tout ça et de déculpabiliser ceux qui n’y arrivent pas du premier coup. L’acte en lui même (ne pas prendre sa voiture et y aller à pied par exemple) est très simple mais nous sommes conditionnés par tellement de réflexes qui nous poussent à la consommation… Nous on n’a pas du tout réussi du premier coup, on a même une liste d’échecs assez longue. On estime qu’on a commencé notre transition écologique il y a déjà 2 ans en intégrant pas mal de zéro déchet à la maison. Mais le changement et l’intégration de ces nouvelles pratiques prennent énormément de temps alors que les gestes sont si simples… J’avais commencé à rédiger cet article en parlant de transformation. Mais je préfère le terme transition écologique qui est plus doux et plus révélateur de la façon dont je souhaite procéder : pas à pas. C’est important de ne pas être trop exigeant avec soi-même et d’y aller par étape. J’espère que partager ça ensemble nous aidera à changer.

J’ai envie de vous montrer qu’on peut avoir une conscience écologique et se galérer à appliquer chez soi une nouvelle façon de vivre pour mieux/moins consommer. Je voudrais aussi vous montrer qu’on peut faire des compromis et qu’on est pas obligé de devenir extrémiste, à ne manger que du quinoa nature et s’éclairer à la bougie. Il faut juste trouver le bon équilibre mais surtout se donner la peine de changer, investir du temps, de l’énergie, de la bonne volonté et peut-être un peu d’argent aussi pour y arriver.

Alors, prêt à entamer votre transition écologique ? Prêt à renoncer à un petit peu de votre confort pour le bien de la planète ? Racontez-moi vos anecdotes ou vos échecs cuisants d’écolos débutants en commentaire.

La bise 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *