Adopter un chaton à la LPA

Vous l’avez sûrement déjà vue puisque je bombarde les réseaux sociaux depuis qu’elle est arrivée. Pour la première fois de ma vie, je fais l’expérience d’ adopter un chaton à la LPA . Je me suis beaucoup instruite grâce au monde merveilleux de l’internet. Et j’ai eu envie de vous faire un article le plus complet possible sur le déroulement des évènements et de vous donner quelques conseils si vous voulez vous aussi adopter un chaton à la LPA.

Adopter un chaton à la LPA

adopter un chaton à la LPA

C’est quelque chose de tout à fait nouveau pour moi puisque 1) les chats que j’ai eus ne vivaient pas dans la maison mais dans le jardin car, chez ma mère, je vivais à la campagne. Et 2) je n’ai jamais adopté d’animal en LPA. J’ai passé des heures sur le net à lire des articles en tous genres pour être certaine de ne pas trop faire de conneries (parce que bon, c’est un être vivant hein quand même).

La LPA, c’est quoi ?

La LPA (League de protection pour les animaux) est une association Loi 1901 (à but non lucratif, donc) qui, comme son nom l’indique,  est là pour protéger les animaux et pour venir en aide à ceux qui sont abandonnés en leur offrant un hébergement, des soins et une possibilité d’être adoptés.  Les LPA sont des associations indépendantes qui, contrairement aux SPA (Société protectrice des animaux), ne sont pas subventionnées par l’Etat. Elles ne vivent que grâce aux dons et au legs.

En plus de recueillir les animaux en détresse, les LPA ont aussi pour mission  de poursuivre les auteurs  de mauvais traitements et/ou d’actes de cruauté  envers les animaux, de mener des campagnes de sensibilisation et d’information pour transmettre les bons réflexes et les bonnes attitudes à avoir avec un animal de compagnie (et ainsi essayer de limiter les abandons), de contribuer à l’intégration de l’animal dans le tissu social grâce à la zoothérapie ou en favorisant le contact entre animaux et enfants en situation de handicap… Enfin, elles vont mener, avec les communes, des campagnes de stérilisation des chats errants (c’est le seul service pour lequel elles sont subventionnées) pour éviter la surpopulation. En bref, elle protège et assure le bien être des animaux par tous les moyens légaux.

Adopter un chaton à la LPA :  comment ça se passe ?

adopter un chaton à la LPA

Le processus d’adoption peut varier en fonction des animaux. Il n’est également pas le même pour les chatons et pour les chats adultes. Notre premier contact avec la LPA s’est fait sur internet puisque nous avons bêtement visité le site web. C’est là que nous avons vu qu’il était possible de consulter un catalogue en ligne des animaux disponibles à l’adoption. Si l’adoption d’un chaton vous tente, je vous conseille de regarder d’abord sur le site de la LPA de votre ville pour ne pas vous déplacer pour rien. Il suffit de noter le numéro de la « médaille » attribuée aux chatons qui vous intéressent. C’est ce numéro qui leur sert d’identité en attendant qu’ils soient adoptés.

Les chats adultes peuvent être « rencontrés » directement dans les locaux de la LPA tandis que les chatons sont placés systématiquement en famille d’accueil pour  les socialiser, s’assurer qu’il s’adaptent et qu’ils vont bien car ils ont souvent été retrouvés sans la mère, donnés ou bien abandonnés. Pour les rencontrer, il faut d’abord téléphoner (ou se déplacer) à la LPA pour demander les coordonnées de la famille d’accueil. Ensuite, on prend contact avec la famille pour organiser un rendez-vous.

Pourquoi un chaton et pas un chat adulte ? Parce qu’avant de décider d’adopter Elf, nous devions avoir un autre chaton qui a malheureusement disparu (je vous renvoie au bas de l’article pour les explications). C’est donc tout naturellement qu’on s’est tourné vers les chatons. Ceci dit, l’avantage d’un chat adulte, surtout en appartement comme nous, c’est qu’on connait déjà son caractère donc il est plus facile d’en choisir un qui s’accommodera facilement à votre mode de vie. Mais bon, on va pas se mentir, c’est beaucoup trop mignon un chaton.

Adresses et numéros de téléphone en poche, on commence notre prospection. En réalité, on avait prévu d’adopter à Noël. Pour la simple et bonne raison que nous sommes en vacances tous les deux pour les fêtes et que ça nous laissait le temps de nous occuper pleinement de la boule de poils le temps de son adaptation à la maison. Et là, je dois dire que j’ai été assez surprise. On nous a d’abord mis en garde : « Ah ! mais si vous attendez Noël, vous n’en trouverez plus, des chatons. Tout le monde en offre pour les fêtes. Si vous tardez, vous risquez de ne rien trouver ». Aussi étonnant que ça puisse paraitre, oui, il y a des ruptures de stock de chatons apparemment… Et alors, quand j’ai appelé la première famille pour le chaton qui nous avait le plus fait craquer, je suis littéralement tombée sur mon arrière-train : la nana au téléphone, adorable par ailleurs,  qui me dit « ah oui mais alors demain y’a 5 personnes qui viennent la voir ». Ok ! donc adopter un chaton à la LPA, c’est pire qu’essayer de louer un appart’. Bon. Ça m’a vraiment stupéfaite. Le soir même, on débarquait chez cette dame et le lendemain la petite chatte qui a fait fondre nos petits coeurs était réservée.

Adopter un chaton à la LPA : Le jour J

Il faut savoir qu’adopter un chaton en LPA se fait sous plusieurs conditions. Leur rôle étant de choisir des familles d’accueil responsables (et donc conscientes de ce que signifie « adopter un animal »), les adoptions se font avec des engagements des deux cotés :

Les adoptants ont l’obligation de prendre rendez-vous pour une stérilisation le jour de l’adoption et doivent s’engager à effectuer tous les rappels de vaccins. Tout ça est compris dans le prix de l’adoption. C’est-à-dire 85€ pour l’animal, le puçage, les premiers vermifuges, le « déparasitage », l’opération de stérilisation et le premier vaccin. Une somme modique, donc, à coté de la stérilisation en elle- même qui coûte bien souvent plus d’une centaine d’euros pour une chatte. Coté législation, il faut fournir une pièce d’identité et un justificatif de domicile pour pouvoir adopter. Une fois l’animal confié à l’adoptant, La LPA est en droit de lui rendre visite pour vérifier si tout va bien. Je crois que c’est assez rare et j’imagine qu’ils le font si ils ont un doute ou bien si les adoptants ne reviennent pas pour la stérilisation. Si l’animal n’est pas bien traité, que les visites chez le vétérinaire ne sont pas effectuées, il peut être retiré à sa famille et cette dernière s’expose à une amende de 200€ (dans les cas les plus extrêmes comme la maltraitance par exemple).

La LPA s’engage à vermifuger, « déparasiter », pucer et vacciner le chat avant l’adoption. Elle remet à l’adoptant un carnet de santé où figurent toutes ces informations (dates des vaccins, des rappels à effectuer et la fiche d’identité du chat avec son numéro de puce électronique). La LPA n’octroie définitivement l’adoption officielle qu’après la stérilisation du chat. C’est-à-dire qui si vous ne retournez pas faire stériliser votre animal, il ne sera pas officiellement à votre nom et donc l’adoption n’aura aucune valeur puisqu’elle n’aura pas été finalisée.

Une fois tous les papiers signés, il n’y a plus qu’à rentrer à la maison avec le chaton !

L’arrivée d’Elf à la maison

adopter un chaton à la LPA

C’est comme ça que, jeudi, Elf est arrivée chez nous ! Elle est née le 1er septembre 2017 (ce qui est trop drôle pour nous car nous nous sommes mis en couple officiellement un 1er septembre – c’était la minute kitsch) donc elle a 3 mois. Comme tout chaton carrément paniqué qui se respecte, elle est restée planquée sous un meuble pendant deux heures. On a mis trois bonnes heures avant de pouvoir l’approcher. Ensuite, elle a fait son petit tour, a visité l’appartement et s’est très vite liée d’amitié avec le sapin !

Les premières 48h, elle était infernale ! Hyper énervée, elle courait partout, ne nous lâchait pas d’une semelle… Depuis hier ça va beaucoup mieux. Elle est moins stressée, elle commence à prendre ses marques. Au début elle était totalement insensible aux aménagements qu’on avait faits pour elle (alors qu’on s’est donné tellement de mal !) mais finalement elle a adopté son nouvel espace de vie. C’est vraiment une chouette expérience l’adoption d’un chaton et je trouve qu’on ne prend vraiment conscience de la place qu’ils prennent que lorsqu’ils sont vraiment là, chez nous. Heureusement pour nous, elle était déjà propre donc on a pas eu d’étrons de Noël surprise cachés sous les meubles. Elle fait quelques bêtises mais rien de grave pour l’instant (prions pour que ça continue !).

Je vous prépare un article pour vous parler plus en détail de son arrivée, pour vous raconter un peu comment on a préparé sa venue et pour vous donner quelques conseils pour accueillir un chaton en appartement. Et vous, ça vous tente d’adopter un chaton à la LPA ? Vous l’avez déjà fait ?

La bise ❤️

Il y a quelques semaines, j’ai partagé sur Instagram une photo de Jones, petite boule de poils rousse que nous avions trouvé chez ma mère. Malheureusement, ce petit chaton n’a pas donné signe de vie depuis trois semaines. Nous l’avons cherché partout, impossible de le retrouver. Soit il lui est arrivé malheur, soit il réapparaîtra quand il en aura envie.En attendant, nous avons fait le choix d’adopter Elf à la LPA. Sans pour autant abandonner Jones. Nous l’adopterons aussi si il refait surface.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *