Essais bébé : faut-il en parler ?

essais bébé

C’est une question que je me suis beaucoup posée et j’ai eu envie de vous faire un billet là dessus. Pour la simple et bonne raison que j’entends bien faire la peau aux clichés ridicules qu’on m’a assené sans relâche durant toue ma période pré-conceptionelle.

Je voudrais commencer cet article en rappelant à tout le monde que chaque personne est unique, chaque couple est différents et chaque femme a sa vision des choses (concernant la grossesse, la maternité, j’entends). Néanmoins, de nombreux clichés persistent lorsqu’ils s’agit de la période pré-conceptionnelle (c’est à dire la période où un couple essaie d’avoir un enfant). J’en ai pas mal souffert durant cette période (courte, je vous l’accorde car nous avons eu la chance de voir notre rêve se concrétiser très rapidement). Et j’espère que cet article va 1) rappeler aux couples qui sont dans cette situation DE NE PAS ECOUTER CE QU’ON LEUR DIT et 2) rappeler aux gens qui connaissent des couples dans cette situation que ce genre de paroles n’est pas anodines…

« Arrête d’y penser ou bien tu ne tombera jamais enceinte »

Existe-t-il phrase plus stupide ? Personnellement j’attends d’être mère depuis que j’ai conscience que je peux avoir des enfants. Cette envie est encore plus exacerbée depuis notre mésaventure il y a deux ans. Autant vous dire qu’à partit du moment où nous avons décidé officiellement
d’essayer de devenir parents, c’était absolument IM-PO-SSIBLE de ne pas y penser. Je vous mets au défi, vous qui désirez ardemment un enfant depuis plusieurs mois voire années, de ne pas y penser à chaque fois que vous avez un rapport lors de votre période de fécondation. Moi, je n’y suis jamais arrivé. Et je crois pouvoir dire sans m’avancer que mon mari non plus.

Et quoi de plus énervant, surtout, que quelqu’un qui vous dise « arrête d’y penser ». Je ne sais pas si les gens se rendent compte qu’en nous disant ce genre de phrases, c’est EUX qui nous mettent la pression et nous font penser au sujet de manière négative : « il/elle a raison, je ne dois pas y penser. Ah ben voilà j’y pense, je suis nulle, je n’arrive pas à penser à autre chose, je ne tomberai jamais enceinte ». Avouez-le, ça vous a traversé l’esprit.

Y penser est TOTALEMENT NORMAL ! Vous ne devez surtout pas culpabiliser de vous projeter, d’imaginer votre bidon en vous regardant dans le miroir… En revanche, il faut faire la différence entre y penser et se mettre la pression. Ne vous fixez pas de deadline, ne vous imaginez pas « avec un bébé d’été ou d’hiver » (et oui, on l’a toutes fait. Moi y compris). N’oubliez pas que de toute façon c’est mère nature qui décide et que vous n’avez pas le contrôle ! Alors laissez la faire et faites lui confiance 😉 et si pendant ce temps là vous avez envie de rêver de votre vie de future maman alors rêvez ❤️

« Stressée et anxieuse comme tu es, ce n’est pas demain que tu tombera enceinte »

Non, vous ne rêvez pas. J’ai bien entendu cette phrase. Je suis depuis toujours atteinte d’une pathologie appelée Trouble Anxieux Généralisé et cela a déclenché chez moi ce qu’on appelle l’hypersensibilité (je sais que je vous le promets depuis un moment mais je vais VRAIMENT vous faire un article sur le sujet). Et il n’y a pas si longtemps, quelqu’un que je connais bien (en plus..) m’a dit ça. J’étais sciée. Déjà, comment peut-on oser dire ça à une femme qui essaie de devenir mère ? Et ensuite, laissez moi remettre les choses dans le contexte.

Lorsque je suis tombée enceinte, je venais de me marier. J’étais épuisée, lessivée. Quelques jours avant la conception, j’ai appris le décés de la première personne qui a partagé ma vie ce qui a été un vrai choc pour moi. J’avais 9,5 de tension à chaque bras, une tête à faire peur et je lutais pour sortir de cette phase anxiogène. Le jour où on a fait l’amour, j’ai fait une crise d’angoisse, j’ai pris des anxiolytiques (ce qui arrive 3 fois par an en cas de force majeure… c’est vous dire !!!) et je me souviens m’être dit (donc y avoir pensé 😉 ) avec déception que vu les circonstances, il y avait très peu de chances pour que je devienne mère ce mois-ci. Le jour de la conception (pas le jour du câlin mais le jour où le spermatozoïde de monsieur a rencontré mon ovule, cours de SVT gratuit, c’est pour moi c’est cadeau) mon mari et moi avons eu une grosse dispute et c’est le jour où j’ai fait mon dernier tatouage en date. On est très loin des clichés glamour de la conception et RIEN ne laissait présumer qu’une grossesse allait se produire. Et bien devinez quoi ?

« Tu ne devrais pas dire que tu essaies d’avoir un enfant, ça porte malheur »

Alors là aussi je peux comprendre que certaines personnes soient superstitieuses ou aient vécu des mauvaises aventures (type fausses couches etc) qui justifient qu’ils n’aient pas envie d’en parler. Personnellement je n’ai pas fait ce choix. Mon entourage proche me connait et sait que ça fait très très longtemps que je veux un enfant. Lorsque j’ai annoncé que l’on commençait nos essais, personne n’a été surpris. C’était, nous concernant, la continuité naturelle des choses.

Et si j’ai décidé d’en parler à mon entourage proche, c’est parce qu’en cas de pépins, je savais que j’avais quelqu’un sur qui compter et à qui parler. C’est exactement la même chose que la fameuse règle des 12 semaines pour annoncer une grossesse. Nous avons effectivement respecté cette règle pour l’annoncer largement à notre entourage. Mais nos amis proches ont été mis au courant dès le début pour les même raisons : si jamais il y a un pépin, on sait sur qui compter.

Tout ça pour dire qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de faire. C’est une décision PERSONNELLE, qui ne regarde que le couple. Et il faut respecter ça. Perso je ne comprendrais jamais ces gens qui se permettent de juger, de faire des commentaires ou de comparer avec leur grossesse au lieu de simplement se réjouir de la nouvelle qu’on leur annonce.

C’est VOTRE décision.

Nous on a décidé d’en parler, n’en déplaise à certain. On sait que notre approche n’a pas forcément plu. Et on s’en fout bien pas mal ! Car en dépit de tout ce qu’on s’est mangé dans la face et de toutes les réflexions qui nous ont été faites, c’est seulement au bout de 3 mois (3 cycles d’essais et jackpot au 4e cycle) que nous avons appris cette nouvelle que nous attendions tant. Alors fuck les clichés, les « on dit », les superstitions. Et, je vois venir les sceptiques (et ceux qui se sentent concernés ^^) : « vous n’avez qu’à pas en parler, on ne vous fera pas de réflexions » (oui oui on a aussi eu droit à ça !).

Si vous essayez d’avoir un enfant, voilà ce que vous devez retenir :

◊ Ecoutez-vous, n’écoutez pas les autres. Vous seuls savez ce qui est bon pour vous, votre moral et votre couple. Personne n’est autorisé à décider de ça à votre place. Ne vous laissez pas décourager par des paroles malveillantes et des clichés ridicules.
◊ Si vous ressentez le besoin d’en parler, faites-le. C’est une décision énorme que celle de devenir parents. C’est tout à fait normal que l’excitation vous pousse (surtout vous mes dames 😉 ) à en parler à tout bout de champs. Et si les gens autour de vous ne comprennent pas votre enthousiasme, partagez-le avec d’autres personnes. Internet regorge de forums et autre plateformes vous permettant de parler bébé à gogo sans vous faire repérer. Les commentaires sous cet article sont aussi là pour ça 😉
◊ Assumez vos choix. Et n’hésitez pas à répondre aux haters (mais gentiment quand même) en disant par exemple : « Si tu ne comprends pas mon envie d’en parler, ce n’est pas grave. Je ne te demande pas de comprendre mais juste de respecter. C’est quelque chose d’énorme et de nouveau pour nous. Mais si c’est un sujet qui ne te mets pas à l’aise, je comprends. Parlons d’autre chose »
◊ Créez-vous une bulle ! L’un des conseils super utile qui nous a été donné a été de bouger de chez nous au moment de l’ovulation. De se réserver une nuit quelque part, pas forcément loin de chez soi, ni dans un truc hors de prix. Mais l’idée c’est avant tout de changer de cadre et de profiter d’être ensemble, à l’abri du monde extérieur. Et finalement c’est devenu « un jeu » entre nous en plus d’impliquer le papa dans le calendrier : « bon ce mois-ci c’est toi qui réserve notre nuit surprise ». Ca nous a permis d’en faire un truc positif, de nous recentrer sur notre couple et de nous faire du bien.

J’espère que cet article aidera les personnes qui ont des futurs parents autour d’eux à être plus vigilants et que les futurs parents ne se laisseront plus décourager par les vilains clichés. N’hésitez pas à partager votre expérience en commentaire.

La bise ❤️

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *