La couture : ma thérapie du deuxième trimestre (et du confinement)

couture bébé

Alors que c’était un simple hobby pour moi, soudainement la couture a pris une place énorme. Compensation des frustrations, nidification, projection… je vous raconte comment ma machine à coudre est devenue mon thérapeute du deuxième trimestre.

Globalement, on se fait tous un peu chier en ce moment. Les gens passent leur temps à se plaindre qu’ils n’ont pas le temps, et maintenant qu’il en ont trop ça ne va pas non plus ! Personnellement, j’ai tellement de choses à faire que je ne vois pas passer les journées. Mais je vous accorde que parfois, je traîne un peu les bras ballants sans savoir quoi faire de ma personne…

Ce n’est plus à prouver, les activités manuelles ont de réels bénéfices sur notre cerveau. Elles nous permettent de nous échapper, d’améliorer notre concentration, de créer et le geste répétitif a un côté méditatif très relaxant. Comme vous le savez sûrement, les activités manuelles et créatives ce n’est pas juste un passe-temps pour moi, c’est TOUT mon temps. Je n’ai jamais les mains vides à ne rien faire. Même quand je regarde un film j’ai toujours un tricot ou une broderie dans les mains.

couverture emmaillotage

Avec les maux de la grossesse qui ne m’ont pas épargnée pendant le premier trimestre j’ai ressenti un besoin énorme de me focaliser sur le bébé et de me projeter. Contrairement au deuxième et troisième mois où je me suis coupée de tout, lors de mon 4ème mois je suis vraiment entrée dans cette phase où je n’ai envie de parler que de ça, de ma grossesse, de ce petit lutin qui pousse à l’intérieur de moi… et sans exutoire, ça devient vite envahissant, aussi bien pour moi que pour les autres. Evidemment, hors de question de se ruer dans les magasins pour acheter tout un tas de trucs inutiles pour le bébé « en attendant ». J’ai un besoin de nidifier énorme, une besoin de compenser cette frustration de ne pas encore communiquer avec lui. Mais c’est pas une excuse pour faire n’importe quoi !

La couture, un dur labeur ?

couture bébé

Ça a commencé à la fin du troisième mois où j’ai acheté des tissus en vue de quelques réalisations pour le lutin. Ô combien je me remercie d’avoir fait un tel plein car à ce moment-là, on ignorait complètement qu’on serait confiné quelques jours plus tard. Et puis j’ai cousu mes premières lingettes et j’ai lancé la machine (sans mauvais jeu de mots…). J’ai dressé une liste de tout ce qu’il m’était possible de réaliser de mes mains et c’est dingue ce que le monde de la couture nous ouvre comme portes ! Bien sûr il y a plein de choses qui ne valent pas forcément le coup si on est pas couturier·e averti·e car le temps de réalisation est énorme. Par exemple, j’ai passé pas loin de 6 heures à travailler sur l’un de mes tapis à langer. Bon, ok, je l’ai matelassé moi-même ce qui a considérablement rallongé le temps de production. Mais si l’économie pécuniaire est là, on peut en revanche passer plusieurs heures à travailler selon ce qu’on choisi de réaliser. Ceci dit, en ce moment, ce n’est pas le temps qui manque.

Ne soyez pas trop exigeant si vous commencez. Je suis la première à avoir tenté des réalisations incroyables après avoir cousu trois lingettes. Résultat : je n’y suis pas arrivé car je n’avais pas le niveau et je me suis dégoûtée. Choisissez des tutos simples ! Et vous verrez que vous progresserez rapidement si vous acceptez de passer un peu de temps à réaliser des projets « basiques ».

Quand je couds pour le bébé, je me projette, je l’imagine utiliser (ou utiliser avec lui) ce que je réalise et j’y mets tout mon amour. Et ça me fait un bien fou. Ça me permet de me focaliser sur quelque chose de positif, d’être en tête-à-tête avec bébé et de lui parler pendant que je travaille. C’est aussi une activité qui m’a permis de me canaliser et de ne plus tourner en rond chez moi. Et accessoirement ça m’évite de soûler tout le monde à parler layettes et puériculture. Dès que j’ai un coup de pompe, le moral en berne ou que je me retrouve les bras ballants sans savoir quoi faire de ma personne : hop ! Je reprends ma liste et je continue mes confections. Qui plus est, je progresse énormément sur le plan technique. Et quand j’ai terminé un projet, la satisfaction du « fait main-fait maison » est énorme. Elle est encore plus gigantesque quand je me dis « je l’ai fait moi même… pour mon petit bébé ».

Economies et écologie

couture bébé

Pour ne rien gâcher, coudre soi-même pour l’arrivée d’un bébé permet de faire de sacrées économies. Alors c’est un peu moins vrai si vous n’êtes pas équipés car l’achat du matériel ne sera pas forcément rentabilisé juste avec les réalisations pour votre petit bout. Mais si vous avez une machine qui traîne chez vous ou chez un membre de votre famille, foncez ! Ca peut paraître impressionnant mais si j’ai pu apprendre à coudre grâce à des tutos YouTube, vous le pouvez aussi. Ensuite, faites la chasse aux tissus ou aux vieux vêtements. J’ai réalisé la première couverture de bébé avec une panne de velours que j’avais depuis près d’un an et en recyclant les chemins de table que j’avais cousus pour notre anniversaire à chéri et moi. J’ai également doublé des lingettes avec le tissu d’une vieille chemise et recyclé un vieux draps pour doubler une turbulette.

Entre recyclage et upcyclage, la couture permet de sauver des euros mais aussi de sauver un peu la planète. En réutilisant mais aussi en confectionnant des choses sur mesure qui seront plus adaptées ou plus durables que ce que vous trouverez dans le commerce. Et puis, tout ce que vous faites vous-même, vous ne l’achetez pas en magasin, vous évitez alors la sur-consommation.

J’ai fait un global calcul de ce que j’ai fabriqué (et la liste est non exhaustive car à l’heure où j’écris ces lignes je n’ai pas terminé et il me reste pas mal de matériel) et de ce que ça m’aurait couté en magasin. Je ne peux pas calculer le prix de fabrication exact de chaque article. Mais ça n’a pas été nécessaire pour me convaincre que j’ai fait une bonne affaire.
Certains articles ont été réalisés en plusieurs exemplaires car j’équipe aussi ma maman. Ensuite, j’ai conscience que j’aurais pu dépenser moins en matériel et ainsi être encore plus économe. Cependant j’ai fait le choix d’acheter de beaux tissus qualitatifs pour les choses qui vont durer dans le temps et je n’ai également acheté que du tissu bio ou Oeko-tex ce qui est un peu plus cher que du tissu normal.

Pour 300€ de matériel couture j’ai pu réaliser :

Je crois que vous avez pigé. 300€ de matériel (et il me reste encore de quoi faire !) pour un total de 704€ (en me basant sur les tarifs les plus bas !!!) si j’avais acheté tout ça dans le commerce.

Bref, si comme nous vous attendez un petit bout, si vous ressentez le besoin de nidifier, de préparer des choses pour bébé, peut-être que la couture aura le même effet sur vous que sur moi. Ça peut être aussi le tricot, la broderie, la cuisine pour faire des bons petits plats sains pour prendre soin de vous deux ou encore le dessin pour préparer de jolies illustrations pour mettre dans sa chambre… les possibilités créatives sont très nombreuses et je suis sûre que vous trouverez votre bonheur et votre « truc » pour profiter à fond de votre grossesse et de tout ce temps qui nous est offert gracieusement par le crétin qui s’est fait un ragoût de pangolin. Si vous cousez pour bébé, n’hésitez pas à partager vos créations ! En attendant, prenez bien soin de vous

La bise

couture bébé
Notre mannequin Tigrou porte une gigoteuse été en double gaze de coton et doublure coton 0-3 mois
Le patron ici
(que j’ai modifié pour faire une girouettes « croisée »)
couverture emmaillotage
Notre mannequin Popi est enveloppé dans une couverture d’emmaillotage réversible 0-6 mois (côté minky pour garder bébé au chaud l’hiver, côté coton sur la peau de bébé en été pour réguler la température).
Le patron ici
(que j’ai modifié pour le faire sans capuche)
Berceau cododo Iora de Bébé confort

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *