Pourquoi les serviettes hygiéniques lavables c’est génial ?

Bon comme d’habitude, j’arrive après tout le monde. Mais je pense qu’il ne faut pas cesser de parler du lavable/ réutilisable et de son pouvoir infini. J’ai passé le cap des serviettes hygiéniques réutilisables il y a environ un an et j’espère pouvoir vous convaincre de passer le cap à votre tour.

Attention : cet article n'est pas sponsorisé par les marques qui y sont citées. Les produits testés ici sont des produits que j'ai achetés et il n'y a aucun accord commercial ou publicitaire entre ces marques et mon blog.

C’est quoi les serviettes hygiéniques lavables ?

Pour celles qui ne savent pas encore ce que c’est, tout est dans le titre. Plutôt que de les jeter après chaque utilisation, vous les nettoyez et hop, c’est reparti pour un tour. Elles ressemblent à des serviettes hygiéniques classiques mais en tissu. Il en existe de différents formes, tailles et compositions avec diverses capacités d’absorption.

J’ai décidé de vous en faire un article parce qu’on les voit énormément sur la toile mais je constate que peu de femmes dans mon entourage ont sauté le pas. On ne va pas se mentir, utiliser des serviettes hygiéniques lavables nécessite de changer ses habitudes et ce n’est pas rien. Mais je vous jure que ça en vaut la peine. Après un an d’utilisation et après avoir testé trois marques différentes, j’ai un avis plus éclairé sur la question.

Les serviettes hygiéniques lavables : pourquoi il faut sauter le pas ?

  • C’est bien plus économique que des protections jetables ! Certes, cela nécessite un investissement car en moyenne une serviette réutilisable coûte entre 9 et 25€. Mais une femme dépense entre 50 et 100€ par an pour ses protections hygiéniques. Faites le calcul sur 30 ans !
  • C’est écolo, et ça on aime bien. Je crois que je n’ai pas besoin de vous faire un dessin représentatif de la tonne de déchets que chaque humain produit par an. Pour une semaine de règles, c’est 3 à 5 protections par jours que l’on jette. Et elles ne sont pas recyclables…
  • Votre vulve vous dira merci. Ce n’est pas nouveau mais néanmoins je le répète : les protections jetables sont bourrées de produits chimiques, cancérigènes et néfastes pour la santé. Utiliser des protections lavables est totalement safe et vous évite d’étouffer votre chatoune avec des perturbateurs endocriniens. Et franchement, les cotons utilisés par certaines marques sont tellement doux qu’on a la sensation de porter un sous-vêtement basique. Déjà que les règles c’est pas ouf, alors un peu de confort pendant cette période ne se refuse pas.
  • Du coup, idem pour le côté dermatologique/confort intime de la chose. Si vous êtes sujette à des irritations, des mycoses et autres sécheresses de l’entrejambe (eh oui, c’est pas très « glitter glitter » mais c’est la vie et nous sommes très nombreuses à connaître ces désagréments au cours de notre vie de femme) c’est une solution idéale. Le coton est très doux pour la peau et aide à réduire les déconvenues de ce genre, là où les produits chimiques des protections jetables ne font qu’aggraver la situation.
  • C’est bien plus fun. Le concept de se scotcher un truc absorbant au fond du slip est quand même moyennement attrayant. Ce que j’aime particulièrement avec les serviettes hygiéniques lavables, c’est qu’elles sont faites dans des tissus colorés, avec des jolis motifs. Ca peut paraître idiot mais je prends un malin plaisir à les accorder avec ma lingerie ou ma tenue du jour.
  • Une fois qu’on a trouvé chaussure à son pied (ou bien serviette à sa vulve), c’est d’un confort absolu. Et avec un petit temps d’adaptation et un peu d’organisation, c’est aussi pratique que des serviettes jetables.

Et les points négatifs ?

Nous sommes toutes différentes donc c’est très très subjectif. Néanmoins, il y a quelques points négatifs qui sont souvent pointés du doigt :

  • Cela demande un peu de temps car il faut les nettoyer chaque soir et chaque matin. Mais là aussi c’est une question d’organisation. Il suffit de les passer sous l’eau froide, de les frotter un peu avec du savon détachant et ensuite de les faire tremper une nuit dans de l’eau tiède avec du percabonate de soude (ce truc est une tuerie). Le lendemain matin, on rince le tout et on laisse sécher ou on passe en machine.
  • Vu l’investissement que ça représente, ce n’est pas facilement accessible à tous. Mais il y a des solutions comme les fabriquer soi-même ou s’organiser en faisant une transition douce. Par exemple, achetez-en une ou deux par mois jusqu’à avoir constitué votre set. Votre porte-monnaie sentira moins passer la note et ça vous laisse le temps de vous adapter tranquillement à ce nouveau fonctionnement.
  • Comme pour tout, il y a un temps d’adaptation. Il faut accepter que ce ne soit pas parfait du premier coup. Vous ne tomberez peut-être pas tout de suite sur la marque qui vous convient le mieux, il y aura peut-être des ratés et des accidents. Mais la persévérance paie toujours et ensuite, s’ouvriront à vous les portes du monde magique des serviettes hygiéniques lavables.

J’ai testé trois marques pendant un an

Dans ma culotte

J’adore l’esprit de cette marque ! Dans ma culotte est une start-up française qui propose des protections hygiéniques saines pour le corps et la planète. Tout est fabriqué en France avec un souci de l’éthique et des valeurs vraiment cool. Création d’emploi, embauches locales, écologie, sensibilisation aux règles dans les collèges, lycées, un blog ou on parle « sang tabou » des menstrues… autant de raisons qui font qu’on se sent en confiance avec cette marque.

Je possède deux modèles : un protège-slip et une serviette hygiénique lavable. Je trouve que ce sont plutôt des « légères ». J’utilise principalement le protège-slip en fin de cycle pour éviter de tacher mes sous-vêtements. La serviette est bien absorbante et j’aime particulièrement l’utiliser l’été car elle est moins épaisse que les Lunapads.  Le point négatif : le tissu est rêche et les serviettes un peu rigides. J’ai conservé mes deux modèles mais ce n’est pas la marque que je préfère, malgré sa philosophie que je soutiens à 100%.

Lunapads

Là aussi, une marque engagée qui se bouge pour faire avancer les choses au niveau des menstrues. Leurs produits existent en coton bio ou non. Perso je trouve le bio vraiment plus doux donc je le préfère largement au non-bio (j’ai les deux). Ici, j’aime bien le fait qu’il y ait des protections de toutes les couleurs, y compris des noires (qui ont l’avantage de sembler plus « propres » puisqu’on ne voit pas les taches persistantes). J’ai les protèges slip, les serviettes avec double protection et une serviette « performa ».

Différence entre une serviette neuve (à gauche) et une serviette qui a un an (à droite)

Le protège-slip est épais donc je m’en sers comme « mini serviette » pour les flux légers à moyens. L’absorption est nickel et la petite taille est très confortable. La serviette avec un pad en plus est idéale pour les flux moyens à abondants, mais aussi pour la nuit (elles sont suffisantes pour moi), ou pour un déplacement où il vous est difficile de vous changer. Par exemple j’ai passé récemment une journée à Disneyland. Debout 5h, retour à la maison à 2h de matin. En cours de journée j’ai enlevé le pad amovible (que j’ai plié et mis dans une pochette dans mon sac) et j’ai pu passer ma journée tranquille. En revanche c’est assez épais. On s’y fait mais au début c’est étrange quand même.

Les performa sont initialement conçues pour les fuites urinaires. Elles sont beaucoup plus douces que les autres mais aussi beaucoup plus épaisses. Etant atteinte d’endométriose, c’est vraiment le modèle que j’adore porter les jours où c’est les chutes du Niagara ! Car malgré l’épaisseur, elles sont extrêmement confortables (pas d’effet « couche pour adulte ») et respirante. L’absorption est telle qu’on a l’impression d’être au sec en permanence. Une vraie innovation pour celles qui ont un flux abondant.

On voit bien la différence d’épaisseur entre le protège-slip (à gauche) et la serviette ( à droite)

Des deux modèles, ce sont les performa que je préfère. Les autres sont fabriqués dans un coton différents et deviennent de plus en plus rêches à mesure des lavages, bien qu’une fois en place, elles ne bougent pas et font le job. Autre point négatif,  c’est une marque canadienne donc le site est en anglais, et il y a des frais de port non négligeables. Prévoyez de commander à plusieurs si vous voulez tester leurs produits par exemple.

Hannapad

Là les filles on est sur de la petite pépite !!!! Marque française engagée dans l’écologie et la démystification des règles, Hannapad propose elle aussi de très nombreux modèles (S,M,L, nuit, maxi pour les fuites… ). Leur coton est extrêmement doux et respirant et les serviettes restent très souples même après de nombreux lavages. Les coloris sont hyper sympa et je trouve que de toutes les marques que je possède ce sont les plus faciles à nettoyer. La technologie utilisée diffère légèrement car en plus des couches d’absorbant, les tissus à motif utilisés pour ces serviettes sont imperméables et donc on se sent d’avantage en confiance car ABSOLUMENT RIEN ne peut passer à travers. Ceci dit, avant que votre flux traverse les serviettes des autres marques, vous avez de la marge. Les Hannapad sont très absorbantes et en même temps très fines donc quasi imperceptibles. Rien à voir avec les serviettes classiques de chez Lunapad par exemple. Ce sont celles que je porte le plus au quotidien et des trois marques dont je vous ai parlé, c’est clairement celle que je préfère.

Le seul point « négatif » c’est qu’il n’y a pas de serviettes en coton noir (ce que j’apprécie chez Lunapad) car, au fil des utilisations, le coton blanc conserve tout de même quelques traces qui ne partent pas au lavage. Je trouve donc le coton noir (ou foncé) plus appréciable car moins « salissant » (bon après c’est pas non plus nécessaire, c’est un petit plus niveau confort je dirais). Mais je comprends ce choix car les serviettes en coton noir ne permettent pas forcément d’évaluer son flux ou la couleur/consistance dès règles puisqu’on ne voit rien ! Pas que j’adore observer le fond de mes culottes, mais quand on est atteinte d’endométriose (et même si on est pas concernée par cette pathologie d’ailleurs) c’est important de surveiller pour identifier certains problèmes.

En conclusion, si je devais ne choisir qu’une marque ce serait Hannapad. Je ne peux que vous conseiller d’acheter un seul modèle pour essayer à votre rythme. Encore une fois il ne faut pas renoncer au premier petit couac car il y en aura forcément ! Passer aux serviettes hygiéniques lavables fait partie d’une démarche écologique mais aussi de santé qui nécessite une adaptation. Mais bien que j’ai encore du mal avec certains aspect du zero déchet à la maison, je ne regrette absolument pas d’être passé aux serviettes hygiéniques lavables et j’ai même moins de problèmes gynéco depuis que j’en utilise. Il n’y a pas de preuve plus parlante pour moi ! J’espère vous avoir un petit peu convaincu ou au moins d’avoir eveillé votre curiosité sur le sujet. N’hésitez pas à poser vos questions en commentaires, je serai ravie de pouvoir vous aider si je le peux.

La bise ♥

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *