Bullet journal : nouvelle année, nouveau carnet !

Coucou personne de l’internet 🙂 Oui je sais ça fait un moment que tu ne m’as pas vue. J’aime bien faire des apparitions furtives, c’est plus mystérieux (ou bien juste chiant. A toi de décider). C’est la rentrée ! Je recommence les cours en octobre donc il faut que je sois super prête. Et pour ça, rien de plus efficace que le bullet journal pour s’organiser. Tu connais ? Viens voir, j’te montre.

Bullet journal : nouvelle année, nouveau carnet !

Bullet journal
Oui, c’est écrite BITE sur la couverture. ET ALORS ?!?!?

 

D’où vient le bullet journal ?

Ce « système » d’organisation a été créé par Ryder Carroll, un designer new-yorkais. L’idée, c’était de revenir à quelque chose de concret dans ce monde hyper connecté : le papier et l’encre. Aujourd’hui, entre smartphone, tablette, cloud, réseaux sociaux… tout est dématérialisé. Les contacts et les adresses sont dans nos téléphones et nos boites mail, nos agendas sont gérés sur nos calendriers connectés et nos outils d’organisation ne sont autre que Dropbox, Evernote, Google Drive, Wunderlist… Autant d’applis et de logiciels qui nous rappellent que sans le wifi ou la 4G, on est juste de simples mortels.

Avec le Bullet journal, Ryder a créé un système qui permet de tout réunir en un seul carnet pour mieux s’organiser. Ou du moins s’organiser autrement, indépendamment des nouvelles technologies.

Je le laisse vous expliquer le concept de lui même, c’est beaucoup plus parlant :

Pourquoi c’est un concept qui marche ?

Bullet journal

La tendance s’est presque inversée. C’était un luxe il y a dix ans d’avoir accès aux nouvelles technologies. Et elles se sont tellement démocratisées que le luxe d’aujourd’hui c’est de revenir aux beaux papiers et à l’écriture. Et puis on va pas se mentir, le business s’est emparé du phénomène puisqu’on trouve même des e-shops dédiés au « journaling » maintenant. Carnet, stylo, masking tape, tampons… tout est bon pour vous refiler des trucs dont vous n’avez pas besoin mais qu’on achète quand même parce que c’est trop cute.

Comment j’ai découvert et commencé mon bullet journal

Bullet journal

J’ai découvert Ryder Carroll sur Twitter parce que pour les études, je suis beaucoup de comptes pro liés au marketing digital. Son invention a fait un carton dans les start up et beaucoup se sont inspirés de sa méthode pour leur vie pro.

Depuis mes dix/onze ans, je collectionne les carnets vides et les portes plumes. Comme j’adore la calligraphie (et que j’en ai fait un peu), j’ai même gardé l’habitude d’écrire au stylo plume. J’en ai toujours un avec moi. Et puis j’ai toujours écrit. Petite, je créais mes propres gazettes, mes grimoires et autres journaux secrets. Et ça n’a pas tellement changé aujourd’hui.

A cause de tout ça j’ai gardé un rapport très intime avec l’écriture, même depuis que je prends mes cours sur ordinateur. J’ai besoin d’avoir du papier en supplément. Ne serait-ce que parce que quand j’écris sur du papier, je retiens ce que je note. Et ce n’est pas forcément le cas sur écran. Je me suis toujours baladée avec deux ou trois carnets différents dans mon sac donc le bullet journal m’a permis de tout rassembler en un seul et de me créer un outil d’organisation et de création sur mesure. J’ai commencé il y a un an maintenant et je suis plus que satisfaite de mon « bujo ». Il se métamorphose et s’améliore encore au fil des pages.

Nouvelle année, nouveau carnet !

Bullet journal

L’avantage c’est que c’est une méthode très personnelle. On peut donc expérimenter, modifier et créer à peu près tout ce qu’on veut. Les possibilités sont infinies. Après un an, j’ai trouvé la méthodologie qui me convient et j’arrive à vraiment tout consigner dans mon journal.

Bullet journal

Cette année j’ai quand même acheté un carnet plus adapté (les formats de ceux que j’avais dans ma collection ne correspondaient pas vraiment). L’année dernière j’ai utilisé un carnet que j’avais mais le papier était soit ligné, soit blanc soit à carreaux selon les pages.. donc c’était un peu le brodel ! J’ai pris un Moleskine classique, 13,5×21 avec couverture souple et du papier « dote grid » (c’est comme des carreaux mais ce sont simplement des points qui marquent les intersections des lignes).

Bullet journal

 

Il existe plusieurs « écoles » pour le choix du carnet. Les deux marques les plus connues sont Moleskine, bien entendu, et Leuchtturm 1917. Perso j’ai toujours acheté des Moleskine. J’ai pu avoir les deux dans les mains cette année pour comparer et j’ai choisi Moleskine parce que le format est légèrement plus petit avec une couverture souple. Donc moins lourd et plus adapté à mes besoins (il va se balader dans mon sac, entre les trajets en vélo et en train). En terme de taille, je perds environ 2cm sur la largeur par rapport à un Leuchtturm mais honnêtement j’ai largement la place qu’il faut.

Bullet journal

Niveau matos, j’avoue que j’avais déjà tout ce qu’il faut. Je n’ai rien acheté ou presque puisque j’avais encore tout mon matériel d’Arts plastiques. J’utilise les feutres fins Faber-Castell « PITT artist pen » en taille XS, S, F et M. Et pour la couleur de l’aquarelle et des feutres aquarelle Lyra. C’est ce que j’avais sous la main mais il existe moins cher (la ce sont des marques favorisées par les étudiants en art mais c’est plus onéreux). Les feutres à pointe fine Stabilo ça va très bien. Mais c’est vrai que si vous voulez vous éclater un peu niveau dessin et typo, il vaut mieux choisir des feutres adaptés. Il en existe même avec des pointes biseautées ou pinceaux. Et bien évidemment, je colle du masking tape à paillette ou holographique un peu partout et mixe avec mon étiqueteuse.

Bullet journal

Bullet journal

J’ai aussi modifié mes pages « mois » et « semaine » (« monthly log » et « weekly log »  en VO) et intégré une page budget plus pertinente.

Le nouveau bujo (2017-2018)
Bullet journal
L’ancien (2016-2017)
La nouvelle page semaine
Bullet journal
L’ancienne (que j’utilise encore mais avec le carnet plus petit c’est un peu moins clair)

Bullet journal

Je suis donc super prête pour affronter cette nouvelle année avec un bullet journal encore plus sur mesure que l’année dernière. J’espère que cet article vous a plu. Je vous prépare un petit topo explicatif pour vous lancer vous aussi si ça vous tente (ATTENTION : le journaling est addictif. Pour arrêter, faites vous aider). N’hésitez pas à laisser un petit mot et à partager si vous êtes content !

La bise ❤️

 

Rendez-vous sur Hellocoton !