Broderie contemporaine par Miniature Rhino

Quand j’étais petite, on m’a appris à broder. Je m’y suis remise depuis peu en découvrant le travail de Jessica Marquez alias Miniature Rhino.

Pourquoi la broderie ?

Miniature Rhino

Ben oui, pourquoi pas le macramé ou la culture de haricots verts ? J’ai toujours aimé occuper mes mains et mon esprit avec une activité créative. Déjà petite je ne faisais que ça. Ma mère a passé son temps à m’acheter ou me récupérer du matériel pour mes petites créations et, au bout d’un moment, on a du y consacrer une armoire entière à la maison. Je ressens continuellement le besoin de fabriquer, de créer quelque chose de mes doigts. C’est une sorte d’activité méditative qui me fait beaucoup de bien et dont j’ai de plus en plus de mal à me passer (récemment, j’ai ruminé pendant deux jours quand j’ai su que je ne pourrais pas prendre l’avion avec mon tricot en cours…). C’est apaisant, relaxant et pour moi qui ai beaucoup de mal à me poser et qui cours partout en permanence, ce sont de vrais moments de répit.

Quand j’ai terminé l’écharpe que j’étais en train de tricoter pour chéri, j’ai eu envie de changer. Le tricot j’adore ça, mais c’est parfait pour l’hiver. Avec le printemps qui commençait à se pointer, je n’avais aucune envie de me trimballer avec toute cette laine qui tient horriblement chaud ! Alors je suis allée me balader chez Liberty à Londres (c’est vraiment un endroit où j’adore aller flâner. Je vous en parlais ici) et je suis tombée sur des petits kits pour broder de chez Miniature Rhino.

J’étais en pâmoison devant ses monogrammes floraux ! C’était idéal pour commencer sans trop se casser la tête. Tout le matériel nécessaire était dedans. Ni une ni deux, je rentre à la maison et je le commence sans plus tarder. Tout est extrêmement bien expliqué : les différents points, les différentes techniques, comment bien tendre le tissu et centrer le dessin… Un jeu d’enfant ! Et puis j’ai terminé le premier assez vite et là, grosse frustration ! j’ai donc jeté un oeil sur la boutique en ligne de Miniature Rhino. Et ça a été le coup de foudre.

Miniature Rhino

Miniature Rhino

Miniature Rhino

Miniature Rhino

J’ai commandé d’autres patrons, acheté le matériel par moi-même et j’ai commencé ma petite série de monogrammes. Ces petits kits sont vraiment géniaux  et hyper bien faits. Et ce que j’ai adoré par dessus tout c’est qu’il n’y a aucune règle. Ça m’a donné l’occasion d’expérimenter tout en apprenant et en améliorant ma technique. Elle explique comment s’y prendre tout en vous invitant à laisser libre cours à votre créativité. Et de la créativité, Jess, elle en a à revendre.

Miniature Rhino, un talent venu de l’autre côté de l’Atlantique

Miniature Rhino
© Jessica Marquez

Jessica est passionnée de broderie et en a fait son métier. Cette californienne installée à Brooklyn est une bombe atomique de créativité ! Créatrice, photographe, passionnée de voyages et collectionneuse de petits trésors en tous genres… je ne suis pas très étonnée d’être tombée amoureuse de son travail.

Sur son site internet, on retrouve ses dernières actualités mais surtout sa boutique Etsy (où j’ai envie de tout acheter), son blog, ses projets DIY un brin vintage et (je crois que c’est ce que je préfère) son portfolio de photos. Je me retrouve beaucoup dans son monde vintage et décalé et je suis vraiment fan de ce qu’elle fait. Qui plus est, j’ai eu l’occasion d’échanger quelques mots avec elle sur instagram, et elle est absolument adorable.

Sur sa boutique Etsy, vous pouvez retrouver les patrons de ses monogrammes pour un tarif tout à fait raisonnable. Je trouve ça très valorisant de pouvoir soutenir des créateurs comme Jessica. Son travail est très motivant pour moi et me pousse à être encore plus créative, à ne pas avoir peur de donner vie à mes idées. C’est d’ailleurs pour cette raison que j’avais envie de lui dédier un article parce que cette rencontre « crafty » m’a vraiment fait un bien fou ces derniers temps, alors que j’ai laissé plein d’idées en berne.

Je vous recommande vivement d’aller faire un tour sur son blog et d’aller regarder son portfolio. Voyage créatif et hors du temps garanti. Et j’en profite aussi pour remercier Jessica une fois de plus pour m’avoir redonné goût à la broderie et pour avoir boosté mon esprit ❤️.

La bise 

Rendez-vous sur Hellocoton !

[Bullet Journal] bujo de novembre

Bien ! Nous voilà enfin à peu près installés et surtout, enfin équipés d’une connexion (ce qui peut s’avérer utile lorsque tu publies des articles sur internet). Je vous prie de m’excuser pour ce néant total pendant un mois, mais c’était juste impossible de continuer à être active ici avec le déménagement et tous les problèmes qu’on a eu, le stress, la fatigue… Du coup, même si on est déjà au milieu du mois, tant pis! Je vous montre quand même mon bujo de novembre.

[Bulot journal] bujo de novembre

bujo de Novembre

 

La Monthly Log

bujo de novembre

Elle n’a pas changé depuis la version précédente. J’ai juste pris le temps de faire quelques dessins en plus. Je me demande si je ne vais pas repasser sur un calendrier du mois en ligne parce que je manque de place pour tout noter.bujo de novembre

J’envisage également de changer le budget et de le faire sur deux pages : une avec le solde du mois précédent et un budget prévisionnel (comme c’est déjà le cas), l’autre avec mes dépenses réelles. Je ne sais pas si je vais m’y tenir mais peut-être que l’écrire dans mon bullet me fera prendre conscience plus facilement de (tout) ce que je dépense en un mois. Je trouve ça plus concret que l’application bancaire.

La Weekly Log

bujo de novembre

Toujours la même également, si ce n’est que je constate que je ne me sers absolument pas du tracker d’hydratation. Peut-être bien qu’il sera remplacé par un tracker lecture pour me motiver à lire vraiment plus.

Collection :

bujo de novembre

J’ai rajouté la collection « Livres à lire » que je n’avais pas faite dans le précédent bullet journal (étonnamment). Entre l’école et mes envies de lecture perso il fallait vraiment que je note tout ça quelque part. Et le mois prochain je me ferais bien une liste « classiques du cinéma à voir absolument »

 

Un bref article et un retour en douceur. J’espère que mon bujo de novembre vous a plu et j’espère aussi que c’est toujours une catégorie qui vous branche. N’hesitez pas à laisser un petit commentaire et à partager les photos de vos bujo sur Instagram avec le #MoodyBujo !

La bise ❤️

Rendez-vous sur Hellocoton !

[Bullet Journal] 10 étapes pour commencer

Je vous parle de ce système d’organisation depuis un petit moment. Je vous donne ici une to-do liste en 10 étapes pour commencer le vôtre rapidement et super facilement ! (bon, j’avoue, cette entrée en matière sonne un peu comme les produits « miraculeux » qui te permettent de perdre 5 kilos en 3 jours ou de faire repousser tes cheveux en 2 secondes… sauf que là, ça marche vraiment !!!) Vous pouvez aussi jetez un oeil à cet article pour plus d’infos ou vous rendre directement dans la rubrique Bullet Journal du blog.

[Bullet Journal] 10 étapes pour commencer

Bullet journal : petite récap

Le bullet journal a pour but de vous aider dans votre organisation pro ou perso. Ou les deux. On utilise un carnet vierge que l’on personnalise et organise comme on le souhaite pour être le plus productif et le mieux organisé possible.
Le système du bullet journal peut paraître compliqué mais en réalité, une fois qu’on a pris 5 minutes pour comprendre comment ça fonctionne, c’est très facile de l’adopter et de l’adapter à ses propres besoins. (Je vous renvoie à la vidéo de mon précédent articleRyder Carrol, le créateur du bullet journal himself, vous explique comment ça marche).
Dans sa forme la plus simple, le bujo (contraction de « bullet » et de « journal » mais bon, j’imagine que vous aviez compris…) se divise comme suit : une vue à l’année, au mois et à la semaine (et jour par jour si besoin mais à la fin vous allez vous retrouver avec un bottin dans votre sac…). Comme un agenda normal en somme. Sauf que grâce à ce système, vous pouvez à tout moment intégrer des listes, des gribouillis, des notes ou des « collections » et les retrouver très facilement sans avoir à chercher pendant trois heures dans toutes les pages de votre carnet.
Chaque page doit être numérotée et reportée dans l’index. De cette façon, on peut se balader de page en page, créer une liste de course sur une page en plein milieu du mois de janvier et la retrouver très facilement grâce à l’index. Tant que vous êtes rigoureux et que vous reportez toujours vos nouveaux écrits dans votre index, vous retrouverez tout ce que vous notez.
Pour être certain de ne rien louper, on fonctionne aussi avec une légende et un système de « report ». En gros, vous avez un rendez-vous le 15 octobre chez le coiffeur. Vous le notez dans votre calendrier de l’année. Et la, quelques jours avant, vous apprenez qu’un T-Rex zombie a attaqué votre salon de coiffure et que, malgré leur tentative héroïque pour le repousser à coup de brosse à brushing et de sèche cheveux, ils n’ont rien pu faire et il a tout détruit sur son passage. (bon imaginons hein, grosso modo). Du coup, votre rendez-vous est reporté (mince!). Eh bien pas de problème, grâce à votre super légende, vous indiquez dans le calendrier qu’il est reporté et vous inscrivez la nouvelle date. En novembre, mettons. Et quand vous commencerez le mois de novembre, vous n’aurez plus qu’à checker votre calendrier de l’année et à reporter dans le calendrier du mois tous les rendez-vous notés. Vous commencez à comprendre ? Oui, je sais, c’est pas évident mais accrochez-vous, ça va venir.
 Comme il faut créer l’intégralité de votre carnet au fur et à mesure, le fait de découper à l’année/au mois/à la semaine permet de pouvoir se projeter dans le temps même si votre mois de décembre n’est pas encore créé. Il vous suffira de noter la date et l’heure dans votre calendrier à l’année et de le reporter ensuite dans votre calendrier du mois, puis de la semaine. Et idem du mois à la semaine. L’important c’est de garder le réflexe de reporter tous les évènements et rendez-vous à chaque fois que vous commencez un nouveau mois ou une nouvelle semaine.
Je vous montre en images et par étapes, ça sera peut-être plus clair.

Etape 1 – créer un index

bullet journal
Les deux pages vides que j’ai gardé pour l’index

 

Le bullet journal fonctionne avec un système d’index. On utilise les 3/4 premières pages du carnet pour y répertorier tout ce qu’on écrit et le numéro des pages (et donc créer l’index au fur et à mesure qu’on remplit le carnet). Il vous faudra donc un peu de discipline et bien numéroter chaque page pour vous y retrouver.

Etape 2 – Faites une légende simple

Bullet journal

Ça n’est pas obligatoire, mais perso je m’en sers pas mal. Je trouve ça plus rapide et je gagne de la place.

Bon la mienne est un peu compliquée mais à vous de trouver la vôtre. L’idée c’est de savoir ce qui est à faire / fait / annulé / reporté en un seul coup d’oeil. Une fois qu’on a pris le coup, c’est simple comme bonjour.

Etape 3 – numéroter les pages

bullet journal

Pas d’inquiétude, rien ne vous oblige à passer 4h à numéroter toutes les pages de votre carnet. Personnellement, je les numérote au fur et à mesure. Vous pouvez aussi acheter un carnet qui a déjà des pages numérotées (c’est le cas des Leuchtturm 1917 notamment).

Etape 4 – créer votre vue (ou planning) annuel

bullet journal

On crée ensuite un calendrier à l’année. Personnellement je fais le mien sur deux doubles pages et mettant 3 mois par page. De cette manière j’ai assez de place pour écrire tout ce dont j’ai besoin : évènements importants, anniversaires, rendez-vous pris longtemps à l’avance… Mais vous pouvez aussi faire 12 cases sur une double page, 12 petits calendriers… Tout dépend de l’utilité pour vous d’une vue à l’année très détaillée ou non. Je vous suggère Pinterest pour trouver de l’inspiration et les modèles qui s’adapteront le plus à vos besoins.

Ensuite, vous pouvez commencer à remplir votre calendrier annuel. Inscrivez-y quelques anniversaires par exemple (C’est important de le faire tout de suite, vous comprendrez pourquoi lors des étapes suivantes). Notez bien la date pour ne pas vous emmêler les pinceaux. Pour y voir plus clair, je fais toujours un petit calendrier du mois en question.

bullet journal

Si vous avez des pages blanches, ça ne pose aucun souci, elle pourront être utilisées plus tard pour les listes ou collections (étape 9).

Etape 5 – La « Monthly Log » ou page du mois

Maintenant que vous avez votre vue annuelle, il ne reste plus qu’à créer celle des différents mois qui rempliront votre bujo. Je commence le mien en septembre mais libre à vous de commencer quand vous voulez (janvier, décembre… peu importe en fait. C’est aussi l’avantage du Bullet Journal). On crée une page mois qui rassemble toutes les infos dont on a besoin plus éventuellement (comme c’est le cas pour moi) des pages supplémentaires pour le tracker, le budget etc.

bullet journal

Je fais d’abord une page avec le calendrier du mois. Avant je le faisais en ligne (une colonne qui va du 1er au 31, donc une ligne par jour) et finalement je préfère un calendrier avec des cases.

bullet journal

A côté je note :
♦ les gros évènements/ les anniversaires
 les films qui sortent ce mois-ci et que je veux voir et les livres que je dois lire (pour l’école ou pour moi)
♦ les objectifs du mois (ça peut être économiser pour acheter quelque chose en particulier ou bien réussir à faire du sport 2 fois par semaine… )
les tâches importantes (par exemple en septembre c’était vider l’ordinateur et trier tous mes cours avant la rentrée) et les choses à faire pour l’appartement (du bricolage ou bien du rangement)
et enfin je conserve le bas de la page pour noter ce qui se rapporte au mois suivant (avec toujours mon petit calendrier pour m’aider à y voir clair)

Etape 6 – Le « reporting » année -> mois

Maintenant que votre planning du mois est fait, retournez sur votre planning annuel. Il ne vous reste plus qu’à reporter les rendez-vous et évènements que vous aviez notés pour le mois en question. Vous n’aurez plus qu’à le faire chaque nouveau mois pour ne rien louper. Exemple : vous avez noté une anniversaire le 6 septembre dans le calendrier annuel, renotez-le dans votre calendrier de septembre sur votre page du mois.

De la même manière, reportez les infos notées dans votre case « mois prochain » du mois en cours lorsque vous passez au mois suivant. Exemple : nous sommes en septembre et vous savez que le 9 octobre vous avez rendez-vous à 10h à Paris. Vous le notez dans votre espace « mois prochain » et quand vous avez créé votre page du mois d’octobre, vous le notez dans le calendrier.

Etape 7 – la « Weekly Log » ou page de la semaine

Si vous voulez être rapide et clair, les dessins/déco/fioritures ne sont évidemment pas du tout obligatoires. Moi j’ai le temps de le faire et j’aime bien ça, mais chacun sa façon de fonctionner (j’imagine que quand tu es mère de famille et femme active, t’as autre chose à foutre que de passer 45 minutes à faire tes weekly logs avec des petits papillons et une mise en page trop cute du love)

C’est là qu’on se rapproche le plus de l’agenda classique puisque les pages semaine fonctionnent presque de la même manière. On note ses rdv, ses trucs à faire etc. Et pour simplifier la lecture, on utilise la légende. Ici encore, l’organisation de votre page dépend de vos habitudes de vie et de boulot. Moi je la fais sur deux pages.

bullet journal

A gauche : 6 bandeaux avec la date pour les 6 jours de la semaine et le bas de la page pour le week-end (ça suffit largement puisque je note moins de choses le week-end que la semaine).

A droite : une « to do » liste, un cadre pour le blog (les articles à écrire, le travail à effectuer sur le blog ou les réseaux sociaux, les mails auxquels je dois répondre…)  , un genre de « side bare » avec un tracker de sommeil et d’hydratation (deux des nombreuses choses les plus inégales de ma vie… LOL!) et les films à voir pour la semaine en cours. Et comme pour la Monthly Log, je conserve le bas de la page pour la semaine suivante et je reporte tout ce que j’y ai noté quand je change de semaine.

Répétez l’opération chaque semaine. Je prends toujours une heure ou deux un dimanche par mois pour faire toutes celles du mois en cours d’un seul coup. Ou bien je crée la semaine suivante tous les dimanches soir. A chaque changement de semaine, checkez votre Monthly Log et reportez toutes les infos/ RDV à ne pas oublier.

Etape 8 – la migration des tâches

Alors non, il ne s’agit pas d’attendre l’hiver pour envoyer vos trucs à faire vers le sud. Mais plutôt de faire un bilan à la fin de chaque mois. Tout ce que vous n’avez pas fait, reportez-le au mois suivant. Dans ces cas là, je me sers de ma légende pour identifier quelles tâches j’ai reporté et quelles sont celles que j’ai ajoutées. Comme ça, j’organise en fonction des priorités et je peux identifier ce sur quoi je procrastine le plus !

Etape 9 – les collections ou listes

bullet journal

Sur n’importe quelle page blanche, vous pouvez créer une liste (de courses, d’envies, de shopping, de « to do » pour un événement en particulier) ou bien une collection de livres à lire dans l’année, de films à voir, de choses que vous voulez acheter pour votre intérieur… tout ce que vous voulez consigner dans votre carnet (et qui ne concerne pas votre organisation quotidienne à proprement parler) trouvera sa place dans les listes ou collections. Numérotez bien les pages et reportez-les dans l’index. De cette façon vous les aurez toujours à portée de main.

Etape 10 – Maintenez votre index à jour

On commence avec l’index et on termine aussi avec lui. Pour que l’organisation de votre bujo tienne la route sur le long terme, vous devez vous astreindre à bien remplir votre index. C’est l’outil clé qui vous permettra de retrouver la liste des courses pour mamie que vous aviez notée page 14, vite fait sur un coin de table, il y a trois semaines.

Quelques conseils supplémentaires

Prenez le temps, un jour par semaine pour bien mettre à jour votre journal. Si vous êtes rigoureux ça ne vous prendra pas des plombes. Evidemment au début, il vous faudra peut-être quelques heures pour tout créer et le mettre en place. Mais ensuite le fonctionnement est logique. Il vous suffit d’un peu de rigueur et les différentes migrations d’un mois ou d’une semaine à l’autre ne vous prendront plus que quelques minutes.

Prenez de l’avance en créant toutes vos pages semaine du mois en cours par exemple.

Enfin, gardez en tête que ce n’est qu’une méthode. Vous êtes donc tout à fait libres de n’en faire qu’à votre tête ! Le but c’est aussi de ne pas respecter tout ça la lettre mais de l’adapter et de vous l’approprier pour en faire un outil sur mesure.

J’espère que ça n’était pas trop chiant à lire héhé ! J’ai bien conscience que ça fait beaucoup d’informations… Mais si vous vous lancez, n’hésitez pas à envoyer vos photos où à les poster sur instagram avec le #MoodyBujo (comme ça on pourra partager nos créations et nos astuces sur IG 😉 ). N’hésitez pas non plus à me laisser un commentaire si vous avez des questions !

La bise ❤️

Rendez-vous sur Hellocoton !

[ bullet journal ] Monthly et Weekly log Octobre 2017

Comme promis je vous refais un petit papier sur mon bullet journal et comment je l’organise. Histoire de vous donner des idées et, pourquoi pas, vous aider à vous lancer !

[Bullet journal] Octobre 2017

 bullet journal octobre

Bullet journal – Monthly Log octobre 2017 

La « Monthly Log » (ou « Page du mois » pour ceux qui ne sont pas bilingues) est la page référente du mois en cours. Rendez-vous ici pour savoir comment faire la vôtre. J’ai changé plusieurs fois d’organisation pour mes Monthly Log mais je commence à trouver mon équilibre.
J’utilise quatre pages :
♦ une pour le calendrier du mois
♦ une pour « les trucs » du mois : les évènements/anniversaires, les choses à faire dans la maison, à lire, à aller voir au ciné, les objectifs et je me garde toujours un espace en bas de page pour le mois suivant.
♦ une page pour le budget mensuel
♦ une page pour le tracker

Le calendrier

bullet journal octobre

J’utilise un calendrier classique, avec des cases. Ça laisse assez peu de place mais je l’utilise plutôt pour noter les rendez-vous très importants pris à l’avance. Avant j’utilisais un calendrier à lignes (une ligne par jour donc) qui permet de noter plus de choses. Mais je n’ai pas encore réussi à me décider entre les deux.

Les trucs du mois

bullet journal octobre

Je ne sais pas trop comment nommer cette page, donc ça sera la page des trucs du mois. (ça aussi c’est l’avantage du bullet journal, on peut donner les noms qu’on veut à ses pages). J’y rassemble donc les trucs importants du mois :

♦ Les anniversaires et les évènements
♦ Les « houseworks » (donc les choses à faire dans ou pour l’appartement)
♦ Les films à regarder et les livres à lire
♦ Les objectifs et les tâches à accomplir
♦ Le mois suivant

Le budget mensuel

bullet journal octobre
Vous remarquerez à quel point je suis en phase avec la vie puisque c’est le budget d’octobre… et j’ai écrit septembre !

Rien de bien compliqué ici non plus, c’est un budget classique. J’y note le solde du mois dernier et l’argent dont je dispose pour le mois en cours. Je classe ensuite mes dépenses courantes par catégories. Enfin, je termine par faire le total pour évaluer mes dépenses, faire un budget prévisionnel et je fais le bilan en fin de mois (c’est donc à ce moment là que je constate que 1. je ne fais jamais d’économies, 2. les dépenses effectives dépassent toujours largement les dépenses prévues ahahaha!)

Le tracker

bullet journal octobre

Bon j’admets volontiers qu’il n’est pas toujours à jour parce que j’utilise plusieurs méthodes de tracking en même temps. J’y note ce qui m’apparait le plus important en terme de suivi. Mes problèmes de santé, notamment (gastrites, migraines, attaques de panique…). Le sport aussi, bien que j’aie déjà un suivi beaucoup plus précis sur ma montre connectée.  Et les posts sur le blog ou les réseaux sociaux ainsi que les jours où je me suis accordé du temps pour lire. Enfin, ça peut paraitre étrange mais je note les jours où je me lave les cheveux parce que j’ai une routine assez stricte avec ces derniers (au point où si je déroge aux 3 shampoings par semaine maxi, mon cuir chevelu me le fait payer à coup de seaux de sébum. Mais bon ça, on s’en bat les cheveux).

La weekly Log

bullet journal octobre

Pour l’instant elle n’a pas bougé, c’est toujours la même depuis que j’ai créé mon nouveau bullet journal de cette année. Les jours à gauche et à droite ma to do liste, mon espace blog, mon tracker sommeil et hydratation, et les films qui sortent. Et comme d’habitude, mon bas de page est réservé à la semaine suivante.

Voilà ! ça vous donne une petite idée de comment je m’organise. Je pense qu’il y aura quelques changements pour novembre puisque j’aurai repris les cours donc mon organisation subira quelques modifications elle aussi. Rendez-vous le mois prochain pour le bilan d’octobre et la nouvelle Monthly Log : ) N’hésitez pas à partager vos bujo sur Instagram avec le #MoodyBujo !!!

La bise ❤️

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ikea Hack (ou presque) : la commode Moppe

Ça vous dit un meuble de rangement trop fun ? Un petit « Ikea Hack » simple comme bonjour puisqu’il ne s’agit que de personnaliser la commode Ikéa Moppe.

Ikea Hack (ou presque) : la commode Moppe

Ikea Hack
Voilà la bête ! (je m’excuse d’avance pour les photos… y’en a pas une avec la même luminosité !!! Mais il y avait des éclaircies … et comme je ne retouche pas les photos – parce que ça prend du temps et que c’est chiant et moins spontané – hé bah vous aurez des éclaircies aussi 😉  )

Vous aurez besoin :

Ben… d’une commode Ikéa Moppe
De peinture acrylique ou à l’eau
De pinceaux pour peinture acrylique de différentes tailles
De masking tape (de préférence un pas cher auquel vous ne tenez pas trop. Je vous conseille ceux de chez HEMA qui sont idéaux pour ce genre de bricolage) D’une feuille de papier de verre à grain fin
D’un vieux chiffon
D’un thé bien chaud
De l’album Acoustic Recording de Jack White (Si si. C’est capital).

Si vous ne possédez absolument rien de tout ça chez vous, le coût total de l’opération s’élève à environ 30-35€ (20€ pour la commode, le reste pour le matériel). Moi j’en ai eu pour 25€. Pour un Ikea Hack ça reste raisonnable.

Etape 1 – préparation du support

Ikea Hack

D’une manière générale, il faut toujours préparer son support avant de le peindre. Ça évite les mauvaises surprises, les résultats foireux et ça facilite le travail. Et puis ça permet à la peinture d’adhérer et de tenir dans le temps. Histoire qu’on ait pas fait tous ces efforts pour rien quoi ! Ici, pas besoin d’une préparation monstrueuse. Je recommanderais juste de poncer très légèrement l’ensemble. Le bois utilisé n’est pas de très haute qualité et peut laisser des échardes dans les doigts.

Ikea Hack
La caisse sans les tiroirs

Avec le papier de verre, passez un coup rapide sur les surfaces qui vont être souvent manipulées : faces des tiroirs, arêtes du meuble… Le but est d’éliminer les petites aspérités qui pourraient nous enquiquiner ou altérer le résultat final. Une fois que le meuble est tout doux et tout lisse, n’oubliez pas de l’épousseter avec un vieux chiffon pour enlever la poussière du ponçage. Sinon elle risque de s’agglutiner sur votre pinceau et de faire des petits pâtés très moches avec la peinture.

Etape 2 – de la cré-a-ti-vi-té !

J’ai utilisé le masking tape pour protéger les zones que je ne voulais pas peindre. Les arêtes pas exemple. Vous pouvez créer des motifs en tout genre ou bien simplement peindre complètement les faces.

Ikéa Hack
Bon ok, j’avoue, c’est chéri qui s’est occupé du making tape. Mais il fait ça super bien ! 
Ikéa Hack
Et voilà le travail ! Plus qu’à peindre par-dessus. 

J’ai pris des teintes assez douces parce que je trouve qu’on s’en lasse moins vite. Mais vous faites bien comme vous voulez. Toutefois, pour éviter les crises d’épilepsie, je vous conseille de ne pas faire trop de mélanges. Trois ou quatre couleurs maxi ! Et dans les mêmes tons si possible. C’est amplement suffisant.

Ikea Hack

Pour la peinture, j’ai utilisé la gamme ENVIES de chez Luxens. Je l’adore parce que leurs teintes mattes sont superbes. La compo est safe car très écologique et permet de peindre en intérieur (elles sont absolument sans odeurs). Pas besoin non plus d’utiliser des solvants, le nettoyage des outils se fait à l’eau. j’avais aussi utilisé cette gamme pour réaliser ce meuble.

Le petit + sympa : toutes leur couleurs sont déclinées en petits pots « testeurs » de 7,5ml vendus 2,55€ (chez Leroy Merlin). Avec un seul pot, on peut peindre environ deux commodes Moppe en mono couche. En plus les petits pots sont super pratiques et la peinture s’y conserve très bien (à l’abri de la chaleur et de la lumière). Ecologique et économique donc !

La caisse

Ikéa Hack

J’ai peint les deux caisses de différentes couleurs : l’une en vert turquoise (teinte Vert Tranquille) et l’autre en beige rosé (teinte Beige Jersey). Je n’ai pas peint le dos (puisqu’elles sont toutes les deux posées contre un mur) ni l’intérieur. Je ne voulais pas tout recouvrir parce que le bois a une jolie couleur claire qui se marie très bien avec les couleurs pastel. J’aime assez les motifs du bois que l’on aperçoit en transparence sous la peinture et je trouvais ça dommage de les recouvrir davantage. Donc pas de deuxième couche pour la caisse.

Les tiroirs 

Ikéa HackJe suis partie sur deux personnalisations complètement différentes. Une avec des couleurs très douces et un motifs simple, l’autre avec plus de pep’s et des motifs géométriques.

Tadaaaam 

Ikéa Hack

Ikéa Hack

Ikéa Hack

Elles ont deux styles bien différents. L’une me sert de pharmacie et l’autre… pour ranger mes sous-vêtements !!! Elles sont très pratiques et ne prennent pas trop de place. Qu’en pensez-vous ? Vous customisez aussi des trucs chez vous ? Si le Ikea Hack vous branche, n’hésitez pas à me le dire.

La Bise ❤️

Rendez-vous sur Hellocoton !

J’ai les cheveux verts ! [La Riché Direction]

Depuis un petit mois, je suis obsédée par ma couleur. Après de nombreuses expériences pour teindre mes cheveux, j’ai enfin trouvé le filon de la colo parfaite. Et j’ai les cheveux verts ! Venez, j’vous raconte.

[Test Colorista et La Riché Direction] J’ai les cheveux verts !

La lubie des cheveux verts

Comme à chaque rentrée, j’ai envie de changer de tête. Après plusieurs tentatives de coiffures un peu infructueuses (puisque je reviens toujours à la même) j’ai décidé que je ne couperai pas mes cheveux pour le moment. Donc si j’ai envie de changer de tête sans couper mes tifs, la seule option qu’il me reste est la coloration.

Ca fait une éternité que j’y pense et que j’ai envie de le faire. Je n’ai jamais trop coloré mes cheveux à part au collège où je faisais du henné auburn et l’année dernière ou j’ai tenté une semi-permanente violette qui a plutôt bien fonctionné. Mes cheveux étant brun foncé, les couleurs violet/auburn se voient bien mais ça ne choque pas. En plus ce sont des couleurs que je porte souvent donc les gens sont habitués à me voir avec ces teintes là. En revanche je n’avais jamais testé de couleurs « peu communes ». Le vert a toujours été ma couleur (j’ai reçu une émeraude à la naissance parce que j’ai les yeux verts). Donc, trop envie d’essayer les cheveux verts quoi !

On voit de plus en plus de couleurs « flashy » et « peu conventionnelles » se démocratiser pour les cheveux (j’aime pas ce terme parce que je me fous pas mal des conventions… mais vous m’avez comprise ). Et je ne pensais pas pouvoir utiliser ce genre de produits un jour puisque je refuse catégoriquement de décolorer ma tignasse. J’ai la chance d’avoir de beaux cheveux (héritage maternel ❤️) brillants et forts. Hors de question de les tuer avec une décolo.

Les wash out Colorista m’ont fait sauter le pas. 

L’oréal a sorti récemment une gamme de couleurs rigolotes pour les cheveux. En version « Wash Out » (qui part en une dizaine de shampoings) et en version « One Day » qui sont des sprays sympa à utiliser si on a une soirée ou un évènement particulier.

Quand j’ai vu le turquoise (bleu/vert) de la gamme, je suis tombée en amour et j’en ai acheté un tube. Sans grande conviction puisque c’est bien noté sur l’emballage que sur les tignasses brun foncé ça ne fonctionne pas. J’ai testé une première fois sur le dessous de ma chevelure et… AUCUN RESULTAT. A peine un léger reflet. Donc j’ai abandonné. Et puis un soir, on s’est fait une soirée coloration entre copines et j’ai réitéré l’expérience mais en laissant poser deux fois plus longtemps cette fois (1h10 au lieu des 35 minutes indiquées). Et magie ! Ça a plutôt bien marché. J’ai gardé ma couleur naturelle qui s’est un peu foncée mais avec de très jolis reflets bleus dans mes cheveux verts.

Cheveux verts
Résultat du second test Colorista : j’avais vraiment quelques reflets (et une jolie démarcation tracée à la règle AHAH!) alors que sur ma copine et ses mèches blondes, le rose est juste wahou !

Pourquoi Colorista ne m’a pas convaincue ?

Cheveux verts
Bon, outre ma pose de merde, on ne voit pas tellement plus les reflets ni que j’ai les cheveux verts… parce qu’en fait en photo ça ne rend absolument rien !

C’était prometteur. Le tube est pratique, la crème colorante s’applique facilement et pénètre bien. Elle n’a pas d’odeur déplaisante (puisque ne contient pas d’ammoniaque) et n’abime pas les cheveux. C’est comme un soin colorant en fait. Mais déjà, elle dégorge énormément. Même après plusieurs shampoings. Et puis elle déteint sur les vêtements. Une semaine après l’avoir faite (j’avais lavé mes cheveux trois fois au moins), j’ai porté un pull blanc… LOL ! Donc le col est devenu tout bleu. Heureusement pour moi c’est parti à la machine. Idem pour les taies d’oreillers.

 

 

Et si on n’applique pas un bon gros soin des familles au rinçage (à l’eau bien bien froide, sinon la couleur tient beaucoup moins bien), les cheveux sont ternes et un peu rêches. Donc c’est bien pour tester une couleur sur une semaine pour rigoler, mais sur le long terme c’est franchement pas top. Quand à la marque L’Oréal, je ne les porte pas spécialement dans mon coeur puisque la grande firme n’est pas cruelty free et donc pratique des tests sur les animaux. Et ça, ça craint.

Le Test chez le coiffeur 

J’ai demandé à mon coiffeur de me le faire pour voir si, en mettant le prix, j’aurais un résultat incroyable.  Sur le moment, c’était hyper satisfaisant : des cheveux verts / bleus super brillants, une couleur qui ne déteint pas et ne dégorge pas trop et des produits de qualité puisque ce sont des pigments purs de la marque TIGI.  Ben non. 63€ pour une colo magnifique à la sortie… mais qui a tenu à peine quinze gros jours. Dommage.

J’ai craqué pour la marque La Riché Direction 

Marque britannique découverte par le biais d’une amie blogueuse (Merci Ana ❤️) dont je suis tombée follement amoureuse. Ils ont 35 teintes différentes et leurs produits sont d’une superbe qualité. Et cruelty free !

Cheveux verts

J’ai passé ma commande sur Color-mania.fr (ils ont un système de points fidélité donc c’est cool) et j’ai pris :

Le shampoing pré coloration La Riché Direction.

Cheveux verts
Le format est assez généreux donc le rapport quantité/qualité/prix est vraiment top parce qu’à 7,90€ le tube, il faut quand même quelques shampoings avant d’en venir à bout.

Il sert à ouvrir les écailles du cheveu et  à le nettoyer en profondeur. En gros ça vire les résidus d’anciennes colorations (si ancienne coloration il y a) et ça permet à la nouvelle de mieux accrocher. Ca n’éclaircit pas les cheveux et ça ne les abime pas non plus (à condition, à mon avis, de ne pas en abuser. On sent quand même que c’est pas un shampoing douceur…). Je l’ai utilisé en deux fois. Quatre jours avant la dite coloration, j’ai fait un premier test et j’ai fait un soin derrière (ça laisse les cheveux rêches si on l’utilise sans soin ou après shampoing). Ma couleur a bien diminué et mes cheveux étaient super doux. Je l’ai réutilisé le jour de la coloration mais cette fois-ci sans soin puisque ce coté « rêche » signifie que les écailles des cheveux sont ouvertes. Et pour que la couleur accroche mieux, c’est ce qu’on veut. Côté pratique, odeur discrète mais texture liquide qui surprend un peu quand on n’est pas prévenu #JEnAiFoutuLaMoitiéParTerre.

Le soin après-shampoing La Riché Direction. Il ressemble à n’importe quel après-shampoing sauf qu’il est formulé pour préserver la couleur. Je l’ai appliqué après la coloration mais je ne peux pas vous dire s’il est vraiment efficace sur le long terme. Wait and see donc.

Les teintes Turquoise et Alpin Green La Riché Direction.Cheveux verts

C’est une texture gel donc pour l’application c’est très pratique. En revanche le fait que ce soit en pot l’est un peu moins. Ça oblige à prévoir une spatule ou une cuillère pour faire le mélange.  Pas d’odeur particulière ici non plus puisque ce sont aussi des soins colorants (sans ammoniaque). Donc ça n’abime pas les cheveux. J’ai mis plus d’Alpin Green que de Turquoise du coup ça fait des reflets bleutés vraiment chouettes dans le vert. J’ai laissé poser environ une heure et j’ai rincé à l’eau froide (ça referme les écailles du cheveux contrairement à l’eau chaude qui les ouvre) avant de faire un soin (au cas où).  Au rinçage, ne faites pas comme moi, mettez des gants… !

Cheveux verts

Cheveux verts

♦ J’avais aussi commandé un Kit décoloration La Riché Direction en prévision d’un shampoing américain. C’est un technique qui consiste à mélanger du shampoing avec du produit décolorant afin de préparer et d’éclaircir très très légèrement les cheveux avant une coloration grâce à un temps de pose vraiment court. Mais on a fait quelques recherches avant, et quand on a constaté qu’environ 70% des nanas qui avaient testé ce procédé s’étaient retrouvées avec du foin à la place des cheveux, Ana m’a convaincue que c’était pas trop la peine qu’on se lance…

Cheveux Verts
Tadaaaaaaaam, mes sublimes cheveux verts ❤️ 

Je remercie ma chère Ana (du blog Ahprodism) d’avoir joué les coiffeurs et je suis vraiment fan des produits comme du résultat. Mes cheveux verts sont juste parfaits. Reste plus qu’à voir si, dans le temps, c’est prometteur. La marque annonce une tenue d’un mois environ (contre 10 shampoings pour les wash-out classiques) donc j’ai bon espoir. Ce qui est sur c’est que je pense déjà recommander sur le site et chez la même marque.

On a voulu faire une tentative de vidéo pour vous montrer notre épisode coloration. Mais Ana n’avait pas rechargé sa batterie HAHA! Vous aurez donc une photo de moi au rinçage et un super GIF de mon cul en compensation ❤️ (c’est tout ce qu’on aura sauvé de la vidéo…)

Cheveux verts

Ass GIFs - Find & Share on GIPHY

La bise ❤️

Rendez-vous sur Hellocoton !

Bullet journal : nouvelle année, nouveau carnet !

Coucou personne de l’internet 🙂 Oui je sais ça fait un moment que tu ne m’as pas vue. J’aime bien faire des apparitions furtives, c’est plus mystérieux (ou bien juste chiant. A toi de décider). C’est la rentrée ! Je recommence les cours en octobre donc il faut que je sois super prête. Et pour ça, rien de plus efficace que le bullet journal pour s’organiser. Tu connais ? Viens voir, j’te montre.

Bullet journal : nouvelle année, nouveau carnet !

Bullet journal
Oui, c’est écrite BITE sur la couverture. ET ALORS ?!?!?

 

D’où vient le bullet journal ?

Ce « système » d’organisation a été créé par Ryder Carroll, un designer new-yorkais. L’idée, c’était de revenir à quelque chose de concret dans ce monde hyper connecté : le papier et l’encre. Aujourd’hui, entre smartphone, tablette, cloud, réseaux sociaux… tout est dématérialisé. Les contacts et les adresses sont dans nos téléphones et nos boites mail, nos agendas sont gérés sur nos calendriers connectés et nos outils d’organisation ne sont autre que Dropbox, Evernote, Google Drive, Wunderlist… Autant d’applis et de logiciels qui nous rappellent que sans le wifi ou la 4G, on est juste de simples mortels.

Avec le Bullet journal, Ryder a créé un système qui permet de tout réunir en un seul carnet pour mieux s’organiser. Ou du moins s’organiser autrement, indépendamment des nouvelles technologies.

Je le laisse vous expliquer le concept de lui même, c’est beaucoup plus parlant :

Pourquoi c’est un concept qui marche ?

Bullet journal

La tendance s’est presque inversée. C’était un luxe il y a dix ans d’avoir accès aux nouvelles technologies. Et elles se sont tellement démocratisées que le luxe d’aujourd’hui c’est de revenir aux beaux papiers et à l’écriture. Et puis on va pas se mentir, le business s’est emparé du phénomène puisqu’on trouve même des e-shops dédiés au « journaling » maintenant. Carnet, stylo, masking tape, tampons… tout est bon pour vous refiler des trucs dont vous n’avez pas besoin mais qu’on achète quand même parce que c’est trop cute.

Comment j’ai découvert et commencé mon bullet journal

Bullet journal

J’ai découvert Ryder Carroll sur Twitter parce que pour les études, je suis beaucoup de comptes pro liés au marketing digital. Son invention a fait un carton dans les start up et beaucoup se sont inspirés de sa méthode pour leur vie pro.

Depuis mes dix/onze ans, je collectionne les carnets vides et les portes plumes. Comme j’adore la calligraphie (et que j’en ai fait un peu), j’ai même gardé l’habitude d’écrire au stylo plume. J’en ai toujours un avec moi. Et puis j’ai toujours écrit. Petite, je créais mes propres gazettes, mes grimoires et autres journaux secrets. Et ça n’a pas tellement changé aujourd’hui.

A cause de tout ça j’ai gardé un rapport très intime avec l’écriture, même depuis que je prends mes cours sur ordinateur. J’ai besoin d’avoir du papier en supplément. Ne serait-ce que parce que quand j’écris sur du papier, je retiens ce que je note. Et ce n’est pas forcément le cas sur écran. Je me suis toujours baladée avec deux ou trois carnets différents dans mon sac donc le bullet journal m’a permis de tout rassembler en un seul et de me créer un outil d’organisation et de création sur mesure. J’ai commencé il y a un an maintenant et je suis plus que satisfaite de mon « bujo ». Il se métamorphose et s’améliore encore au fil des pages.

Nouvelle année, nouveau carnet !

Bullet journal

L’avantage c’est que c’est une méthode très personnelle. On peut donc expérimenter, modifier et créer à peu près tout ce qu’on veut. Les possibilités sont infinies. Après un an, j’ai trouvé la méthodologie qui me convient et j’arrive à vraiment tout consigner dans mon journal.

Bullet journal

Cette année j’ai quand même acheté un carnet plus adapté (les formats de ceux que j’avais dans ma collection ne correspondaient pas vraiment). L’année dernière j’ai utilisé un carnet que j’avais mais le papier était soit ligné, soit blanc soit à carreaux selon les pages.. donc c’était un peu le brodel ! J’ai pris un Moleskine classique, 13,5×21 avec couverture souple et du papier « dote grid » (c’est comme des carreaux mais ce sont simplement des points qui marquent les intersections des lignes).

Bullet journal

 

Il existe plusieurs « écoles » pour le choix du carnet. Les deux marques les plus connues sont Moleskine, bien entendu, et Leuchtturm 1917. Perso j’ai toujours acheté des Moleskine. J’ai pu avoir les deux dans les mains cette année pour comparer et j’ai choisi Moleskine parce que le format est légèrement plus petit avec une couverture souple. Donc moins lourd et plus adapté à mes besoins (il va se balader dans mon sac, entre les trajets en vélo et en train). En terme de taille, je perds environ 2cm sur la largeur par rapport à un Leuchtturm mais honnêtement j’ai largement la place qu’il faut.

Bullet journal

Niveau matos, j’avoue que j’avais déjà tout ce qu’il faut. Je n’ai rien acheté ou presque puisque j’avais encore tout mon matériel d’Arts plastiques. J’utilise les feutres fins Faber-Castell « PITT artist pen » en taille XS, S, F et M. Et pour la couleur de l’aquarelle et des feutres aquarelle Lyra. C’est ce que j’avais sous la main mais il existe moins cher (la ce sont des marques favorisées par les étudiants en art mais c’est plus onéreux). Les feutres à pointe fine Stabilo ça va très bien. Mais c’est vrai que si vous voulez vous éclater un peu niveau dessin et typo, il vaut mieux choisir des feutres adaptés. Il en existe même avec des pointes biseautées ou pinceaux. Et bien évidemment, je colle du masking tape à paillette ou holographique un peu partout et mixe avec mon étiqueteuse.

Bullet journal

Bullet journal

J’ai aussi modifié mes pages « mois » et « semaine » (« monthly log » et « weekly log »  en VO) et intégré une page budget plus pertinente.

Le nouveau bujo (2017-2018)
Bullet journal
L’ancien (2016-2017)
La nouvelle page semaine
Bullet journal
L’ancienne (que j’utilise encore mais avec le carnet plus petit c’est un peu moins clair)

Bullet journal

Je suis donc super prête pour affronter cette nouvelle année avec un bullet journal encore plus sur mesure que l’année dernière. J’espère que cet article vous a plu. Je vous prépare un petit topo explicatif pour vous lancer vous aussi si ça vous tente (ATTENTION : le journaling est addictif. Pour arrêter, faites vous aider). N’hésitez pas à laisser un petit mot et à partager si vous êtes content !

La bise ❤️

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

X-Mas Wishlist : ma sélection 100% fait maison

Et si, cette année, on arrêtait les centres commerciaux pour Noël ? Si on se dirigeait vers des solutions un peu plus éthiques ?

X-Mas Wishlist : ma sélection 100% fait maison

C’est quoi le fait maison ?

Pour moi, ce terme rassemble deux choses :
♦ Les petits créateurs qui proposent leurs productions sur des sites comme Etsy, A Little Market ou bien via une page Facebook ou un site internet…
♦ Le fait d’être soi-même créateur et de faire ou fabriquer plutôt que d’acheter tout fait dans les grands magasins. Le fameux Do It Yourself !

Pourquoi le fait maison ?

Pour moi, le « fait main » ou « home made », c’est l’expression directe de la personnalité et de son créateur. Un peu comme des horcrux, tiens. Comme si on mettait un bout d’âme dans un objet qui fera ensuite son propre voyage et aura un ou plusieurs propriétaires. C’est quelque chose qui me touche particulièrement. Parce qu’on ressent le travail effectué, le temps passé et l’énergie créative dépensée.

Il y a aussi une certaine fierté quand on est créateur. Regarder le résultat et se dire « c’est moi qui l’ai fait », il n’y a rien de plus gratifiant. Que l’on soit acheteur ou créateur, le « fait main » offre une proximité, une chaleur et une attention qu’on ne trouve pas quand on achète dans les grands magasins. Et puis chaque pièce est unique ! Et pour les cadeaux je trouve ça super chouette et beaucoup plus personnel.

Acheter du fait maison, c’est aussi consommer autrement

Cette attirance pour les petits créateurs et le « home made », c’est aussi à cause de notre chère société actuelle, n’est-ce pas, qui nous pousse à consommer dans la grande distribution (Ninon si tu passes par là, big up 😉 ). J’ai eu l’occasion de voir l’envers du décors de cette « grande distribution » (dans le domaine de la mode notamment) et franchement, sorti de là on ne veut plus se vêtir qu’avec des vestes en poils de lama cousues à la main avec une doublure en feuille d’arbre !
De plus en plus, on tend vers un mode de consommation qui incite à rapprocher les producteurs et les consommateurs, à supprimer les intermédiaires et surtout à savoir ce qu’on mange, ce qu’on achète, ce qu’on porte, d’où est-ce que çà provient… C’est aussi ce que j’aime avec les petits créateurs. Et c’est pour ça que j’ai décidé de vous en parler un peu plus sur le blog. Alors évidemment (je vous vois venir…)  on ne peut pas refaire le monde du jour au lendemain. Mais chaque étape est une petite victoire, alors consommer ok, mais consommer responsable et éthique, c’est mieux !
Cette année pour Noël, j’ai décidé de me creuser un peu le ciboulot et de n’offrir que du fait main (à une ou deux exceptions près…). Je vous ai concocté une petite sélection de ce qui m’a fait craquer sur le net. Et je vous posterai après noël ce que j’ai moi même fabriqué 🙂

Ma Wishlist

Les liens clicables vers chaque article sont en légende sous les photos

Chez Etsy

fait maison
Ce set de 3 pins vintages est juste trop canon !
fait maison
Un sac photo en cuir pour trimballer mes vingt mille appareils !
fait maison
Cette boutique ne propose que des objets déco en céramique, porcelaine et argile. J’ai eu un coup de coeur pour ces petits plats nuage, mais toute la boutique est à tomber !
fait maison
Des solutions pour dompter les câbles récalcitrants avec ces pièces en cuir végétal. Minimaliste mais efficace.
fait maison
Plus d’écouteurs emmêlés dans le sac avec cet attache-fil !
fait maison
Pour pimper la robe de Noël, un headband en cuir absolument trop chou

Chez A Little Market

fait maison
Les boucles d’oreilles rétro par Savivansko, c’est la touche de pep’s qu’il vous faut pour attaquer 2017 avec style !
fait maison
Encore des boucles rétro, mais en cuir cette fois !

 

Mes D.I.Y Pinterest préférés

fait maison
Des boucles d’oreilles en batonnet de glace !
fait maison
On sort les tubes de peintures et on colore la maison avec ces jolis pots pour une déco sur mesure et hand made

 

fait maison
Personnalisation de mug White & Gold !

A dimanche 

Rendez-vous sur Hellocoton !