L’histoire de Pee Wee

L’histoire de Pee Wee

Il y a quelques mois, quand j’ai finalement opté pour mon master lillois, j’ai dû trouver une nouvelle solution pour me déplacer. Mes cours ont lieu à Euratechnologie (pour les non lillois, c’est un énormissime complexe incubateur de start up situé à la sortie de la ville) et autant vous dire que la bagnole, c’est même pas la peine. Impossible de se garer sur place à moins d’arriver 1h à l’avance (et ça aussi, pour moi et ma légendaire ponctualité, c’est même pas la peine…). Et puis, prendre la voiture tous les jours pour faire 4 km, pour l’écologie et la mobilité durable on repassera.

La solution magique : le vélo

Pee Wee

J’ai donc tout de suite pensé au vélo ! Ce qui m’a valu de parcourir à peu près toutes les boutiques de la métropole et les sites internet sur le sujet. Parce que bon, j’avais quand même un sacré cahier des charges.
– Il me fallait un vélo qui ne prenait pas trop de place (puisque j’habite en appartement et que je n’ai pas de garage)
– esthétique autant que faire se peut. Vous commencez à connaître mon fameux « le faire, oui, mais avec style! »
– et surtout pas cher ! C’est un peu le problème des grandes villes : les vélos ça disparaît facilement. Alors claquer 200€ voire plus dans un super beau vélo qu’on m’aurait volé une semaine après… Merci mais non merci.
Direction le bon coin, donc, où je trouve un petit vélo pliant rouge pour trois francs six sous. Je me tape quand même une heure de voiture aller/retour pour aller le chercher …et en plus, sur le moment je ne suis pas du tout convaincue ! Pour un vélo « retapé il n’y a pas longtemps » il avait franchement pas l’air en forme… Bref, j’arrive à l’encastrer dans ma bagnole avec un sentiment de « mais pourquoi tu t’es entichée de ce truc?! » Sur le retour.

La renaissance de Pee Wee 

Pee Wee

Une connaissance m’a parlé d’un endroit qui a clairement changé ma vie ces derniers mois !!! Un atelier d’autoréparation, Les Mains Dans Le Guidon, situé rue Léon Gambetta (je vous en parlerai plus en détail dans un article dédié rien qu’à eux). Et Bim ! Gros coup de foudre. Je suis accueillie par une équipe adorable et je découvre un lieu absolument génial : un atelier-boutique-café. Le pied.

 

Pee Wee

Il m’aura fallu une journée complète pour retaper mon petit vélo rouge. Ce qui aurait sans doute pris moins de temps si j’avais su m’y prendre, mais ce n’était pas le cas. J’ai tout appris sur le tas à l’atelier. Sept heures et 35€ plus tard, j’avais un vélo tout neuf, ou presque !

Et c’est comme ça qu’est né Pee Wee, qui me balade partout depuis quelques mois maintenant. Et avec lui s’est développée une sérieuse addiction au vélo et à cet atelier où j’adore passer du temps. Dorloter Pee Wee, lire des livres sur le cyclisme ou juste boire un café…c’est un lieu de vie vraiment à part qui mérite qu’on s’y arrête.

Pee Wee

Ce n’est pas moi qui l’ai baptisé Pee Wee (à cause du vélo rouge dans Peewee’s Big
Adventure de Burton) mais ça lui allait franchement à merveille. Je suis vraiment ravie d’avoir fait cet investissement parce que c’est génial de se déplacer en vélo. Ça me fait un bien fou. Chaque matin je respire le grand air au lieu de me taper les bouchons. Je fais aussi des économies puisque je n’utilise plus ma voiture que pour aller faire les grosses courses. Et quel plaisir aussi de le réparer et de le pimper soi même !


Voilà, vous connaissez tout de l’histoire de mon petit Pee Wee que vous retrouverez bien souvent sur le blog et en photo sur mon Instagram (#MoodyPeeWee) (oui, j’ai dédié un hashtag à Pee Wee… ET ALORS ?!).

Pee Wee Sur ce, Pee Wee et moi, on vous fait des bisous et on vous dit à dimanche

Ps: au vu de l’organisation assez peu existante dans ma vie en ce moment, finalement, la deuxième publication de la semaine aura lieu le dimanche 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !