Dustin Adams : photographe de rêves

ENFIN ! J’inaugure la rubrique « photographes ». J’avais pour projet de vous sortir les grands classiques… Et puis finalement, je suis tombée sur deux ou trois perles, plutôt des photographes un peu expérimentaux, et j’ai eu envie de vous les faire découvrir. J’ouvre le bal avec Dustin Adams

Dustin Adams : le photographe de rêves 

Dustin Adams

J’ai découvert ce type un peu par hasard il y a quelques semaines dans le FISHEYE MAGAZINE N°21 . D’ailleurs je vous invite à le lire. Il est plus abordable que certains magazines photo où il y a des termes techniques dans toutes les phrases. Plutôt orienté lifestyle et tendances sur l’univers de l’image, il est très bien réalisé, sur du beau papier et pour découvrir des artistes et se tenir au courant des expos c’est une mine d’or.

Ce photographe californien de 29 ans ne travaille qu’avec des films de 35 mm , donc uniquement en argentique. Et il fait même plus que ça : il crée ses propres films ! C’est notamment ce qui l’a fait connaître. Il s’est amusé à inventer une boîte ornée de papiers holographiques et colorés. On dirait presque un kaléidoscope. Il passe ses films à l’intérieur ce qui les expose à ces effets spéciaux et crée la spécificité de ces 35mm. Le résultat est surprenant mais totalement envoûtant.

Dustin Adams
Rappel des principes de base de l’argentique (en très très résumé) : c’est la lumière qui passe par l’objectif de l’appareil qui « fixe » l’image sur le film. Ici, Dustin « prè-expose » ses 35mm dans cette boite pour que les effets de couleurs se « fixent » sur les films. La photo, elle, se « fixe » par dessus cette « pré-exposition » ce qui donne ce résultat surprenant. Pour plus d’info sur le procédé argentique, je vous renvoie à cet article ou à la page wikipédia.

 

Experimentalist dreamscape photographer

Dustin Adams

Nuances de roses, de verts, de bleus, reflets et effets de lumière… Ces photos se différencient par leur aspect onirique et fantastique. On verrait une licorne dans ses décors que ça ne nous paraîtrait totalement normal ! Il arrive à obtenir des paysages vraiment étonnants. Il se décrit d’ailleurs comme « Experimentalist dreamscape photographer » qu’on pourrait donc traduire par « photographe expérimental de paysages oniriques » (oui, quelle perspicacité, je sais…).

Dustin AdamsJ’aime particulièrement ses photos. En plus de ce jeu de couleurs et de lumières, ses sujets et la façon dont il les capture (avec de la multi expo, notamment. C’est à dire plusieurs photos prises et superposées sur le même film) donnent vraiment l’impression de rêver. C’est poétique et hypnotique à la fois. Ses compositions dégagent un mélange de réel et de fantastique, souvent psychédélique même. Bon, je suis moins fan de ses photos de skate. Même si, pour le coup, le côté urbain associé à ses films étranges donne un résultat décalé intéressant.

Dustin AdamsDustin AdamsDustin Adams

Si vous avez envie de vous lancer, vous pouvez trouver les films de Dustin Adams ici. Les frais de ports ne sont pas donnés (13$), je vous l’accorde. Mais ça vaut le coup. Et pourquoi pas, faire une commande à plusieurs pour économiser ?! Les films sont à 10$ (9,50€) ce qui reste « raisonnable » quand on voit certains prix chez Lomo, Kono! ou Revolog (pour les marques qui proposent des films un peu expérimentaux comme ceux de Dustin. Chez Kodak, Fuji ou Ilford, ça peut monter à bien plus cher pour de « simples » films couleur ou N&B…). J’ai réussi à m’en commander quelques un la semaine dernière. Pas évident de mettre la main dessus, ils sont souvent « sold out ». J’ai hâte de les tester et de vous montrer tout ça !

Dustin Adams
Film Kodak Gold 400 ISO, 24 expo, C41 process

Suivez Dustin Adams sur Instagram (@bloboliveradams) pour ne rien rater de son travail

  A mercredi  

Rendez-vous sur Hellocoton !